Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2012

Provinciales

Le 19 novembre dernier a eu lieu en mairie une réunion publique sur l'intercommunalité. L'intervention a été assurée par Mr Arnaud Jarry du cabinet Mazars. Présentation très claire des généralités d'une intercommunalité et du projet de fonctionnement et de gouvernance de la communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse. Une quarantaine de chevrotins étaient présents dont 17 membres du Conseil Municipal.

inteco,intercommunalité,millefeuille,teom,mazars,jarryPas de surprise à l'ordre du jour. Comme on pouvait s'y attendre, nous payerons donc une nouvelle couche du millefeuille des taxes locales comme l'a joliment imagé un chevrotin averti et clairvoyant. Une nouvelle couche de taxes additionnelles en plus sur nos taxes foncières, nos taxes d'habitation, nos contributions foncières des entreprises. Chouette !

Mais, rassurez vous, on fait une super affaire car nous aurions dû payer beaucoup plus si nos maires n'avaient pas réussi à trouver un terrain d'entente. Y sont trop forts nos maires.

Avec les statuts de la nouvelle collectivité, ils ont même préparé une charte de fonctionnement, un document qui ne sera pas opposable au sens juridique mais qui scelle leur union et leur engagement dans cette nouvelle aventure.

Pour les compétences de la nouvelle interco, outre les deux compétences obligatoires: 'Action de développement économique' et 'Aménagement de l'espace', les communes ont choisi de mettre en commun la compétence 'Ordures ménagères' en apportant chacun au pot commun le produit de leur TEOM( Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères).

Y aura t il  une reflexion intercommunale sur les ordures ménagères? Non, chacun garde son syndicat, son taux de TEOM mais ce sera l'intercommunalité qui représentera la commune auprès du syndicat.inteco,intercommunalité,millefeuille,teom,mazars,jarry

Pas révolutionnaire, mais on ne va pas se plaindre. La pompe est amorcée et il reste maintenant à la faire fonctionner durablement en l'enrichissant de nouvelles compétences déplumées aux municipalités, en faisant suivre bien sûr les ressources correspondantes.

Aujourd'hui toutes les communes sont prêtes à abandonner à la communauté de communes leurs infrastructures sportives, leur bibliothèque, leur salle polyvalente espèrant s'épargner les coûts de l'entretien et du fonctionnement mais toutes refusent de prendre en charge celles des voisins. 'Un  classique dans les communes les plus riches' a t'on pu entendre. En effet, celles ci ont toujours pu financer elles mêmes leurs projets et n'ont pas pas de réels besoins.

Des compromis seront à trouver, des terrains d'entente, une nécessaire solidarité, base de l'intercommunalité (comme l'a expliqué mr Jarry) pour arriver à mettre nos oeufs dans le même panier.

Concernant le fameux millefeuille, il est à noter l’intéressante proposition d'un chevrotin de faire parallèlement à l’intercommunalité une fusion des communes de la vallée en une seule commune. Un seul pouvoir, un seul conseil municipal pour les communes du fond de la vallée. 

La loi l'autorise, la faisabilité semble bien réelle, le territoire est cohérent.

Reste à voir comment les propos de cet 'anarchiste' seront appréciés des baronnies de la vallée et surtout savoir si celles ci sont prêtes à remettre en cause leur pouvoir local et bien sûr leurs privilèges et autres indemnités.

Comme l'a rappelé un auditeur du premier rang, l’argent est bien souvent à l'origine des avancées ou des blocages des dossiers intercommunaux .

.       Le Blog de Chevreuse - nuit du 23 au 24 novembre 2012

.       Le vallon de Port Royal vibre sur les textes de Brassens

.       358 eme anniversaire de l'illumination de Blaise Pascal

Commentaires

Mon cher Laurent,

Jusqu'à présent, le vocable le plus souvent utilisé pour parler du projet que j'ai évoqué lors de la réunion sur l'intercommunalité était "utopie". Jamais encore quiconque n'avait tenté le terme "anarchiste".

Le premier, "utopie", me plaît et m'amuse. On l'a utilisé bien des fois pour désigner des entreprises originales que j'ai pues engager en diverses circonstances et dans différents cadres. Le premier me plaît et m'amuse parce qu'il m'a souvent donné l'occasion de m'entendre dire plus tard, au vu de mes résultats : " en effet, je peux constater que les réalités d'aujourd'hui sont les utopies d'hier ".
Et donc le premier me plaît et m'amuse parce que je pense que " notre utopie d'aujourd'hui sera la réalité de demain ". Et d'un demain que nous sommes plusieurs à sentir proche de nous...

Pour le mot "anarchiste", je suis beaucoup plus circonspect quant à son adéquation avec ce que je suis. J'aime ce qu'il comporte d'idées de libre arbitre, de pensée ou de réflexion originales, dans le sens "sortie des sentiers battus". Oui, je pense que ça, ça me correspond bien. J'aime aussi, effectivement, la part d'utopie qu'il revêt.
Par contre, je n'aime pas du tout ce qu'il a suscité et suscite encore de violence, d'intolérance, au nom de mots d'ordre dogmatiques et irréfléchis ("ni dieu, ni maître" par exemple...).

Mais peu importe les termes. Car l'essentiel est ailleurs. Nous sommes effectivement plusieurs et de plus en plus à trouver pertinent et indispensable de réfléchir à un regroupement des huit communes du coeur de la Vallée de Chevreuse. En une "Commune Nouvelle" comme le permet la loi de décembre 2010.

Mais à tant que d'évoquer cette idée, si tu le veux bien, je te propose de diffuser sous la forme que tu veux le texte que je t'envoie par ailleurs.
Un texte qui donne toute la philosophie de notre vision.

Sincèrement,
Jean-Guy

Écrit par : Jean-Guy SAYOUS | 25/11/2012

Bonsoir Jean Guy

Comme convenu, le texte a été incrusté dans l'article et est disponible sur :

http://leblogdechevreuse.hautetfort.com/media/01/01/3026453024.doc

bonne lecture à tous

Écrit par : Laurent BDC | 25/11/2012

L'idée est originale, amusante et sans doute intéressante...

Après, dans un pays comme le notre, je doute fort de ses chances de réussite et le terme "utopie" risque de coller à un tel projet pendant plusieurs décennies...

Question : pourquoi exclure Magny-les-Hameaux de ce projet de grande commune ???
Avez-vous peur des rouges du plateau qui pourraient faire basculer un jour cette méga municipalité à gauche ?

Écrit par : André | 26/11/2012

Le fondement premier du projet "Une Vie, une Ville" est le bassin de vie.
A ce jour, nous n'avons pas su déceler dans ce que nous partageons avec Magny-les-Hameaux (au travers du SIVOM notamment) autre chose que ce qui, selon moi, relève de véritables compétences pour une intercommunalité.
La Commune Nouvelle n'est pas une structure intercommunale. C'est une commune à part entière. Avec les compétences dévolues à une commune.
Au passage, ce projet n'a rien à voir avec la question de la couleur politique de telle commune. Et heureusement, car je pense que là, il serait voué à l'échec. Les débats sur la redéfinition du périmètre de la CASQY l'a démontré.
Pour ce qui est de la crainte des "rouges" (???). Les huit communes du bassin de vie de la Commune Nouvelle que nous envisageons comportent ensemble 17500 habitants. A elles seules, Saint-Rémy et Chevreuse en totalisent 14100. Magny-les-Hameaux en compte 8860. S'il fallait se poser la question politicienne du possible basculement, je laisse au lecteur le soin de répondre d'où proviendraient les craintes. Sur cette question à nouveau, voir le débat sur le périmètre de la CASQY :-)

Écrit par : Jean-Guy SAYOUS | 26/11/2012

C'est bien sur la question du bassin de vie et de la cohérence du territoire que je pose la question d'associer Magny à un tel projet.

Un quartier comme Beauplan est, à l'image du Rhodon, à cheval sur deux communes, c'est à la piscine de Chevreuse que vont les gamins de la ZAC et c'est au RER B que descendent de nombreux Magnycois... etc.

Vous ne pouvez pas ignorer l'adhésion et la dimension politique dans un tel projet et les calculs politiciens se poseront fatalement. Il se trouve que vos 8 communes sont toutes à droite et si vous souhaitez entrer dans des considérations arithmétiques je résumerai en disant qu'une ville de 9 000 ha qui vote à 65% à gauche pourrait faire basculer des villes de 14 000 qui votent à 40% à droite oui...

Lollioz 2008 : 2 382 voix soit 63.74%
Sautière 2008 : 1 512 voix soit 41.92%
Genot 2008 : 1 175 voix soit 46.79%

Basculement peu probable mais pas impossible.

Écrit par : André | 26/11/2012

Puisque, malheureusement, vous abordez le sujet sous cet angle avec autant d'insistance, voici ma question.
Souhaiteriez-vous que nous inscrivions au périmètre de notre projet le basculement à gauche de la Vallée de Chevreuse ?
Si je veux bien prendre à mon compte le terme d'utopie, je préfère laisser à d'autres celui de l'irréalisme, voire davantage...
Pour nous, l'enjeu c'est la concrétisation de ce projet. Donc la prise de responsabilité au niveau des communes existantes : c'est un passage obligé.
Pour parvenir à cela, rien qu'à vous lire, n'importe qui comprendra qu'il est indispensable de ne pas intégrer Magny-les-Hamaux dans le périmètre de ce projet de commune nouvelle.
Sauf à vouloir son échec, bien sûr...

Écrit par : Jean-Guy SAYOUS | 26/11/2012

Je découvre ce projet de "grande commune" avec un a priori positif.
Je pose la question d'y associer Magny-les-Hameaux.
Votre réaction et vos arguments ne me donnent pas vraiment envie d'aller plus loin dans la discussion.

PS : quand je suis arrivé à Chevreuse, le maire était communiste.

Écrit par : André | 26/11/2012

Les voies de l'intercommunalité sont elles impénétrables?

Transparence oblige. Mr Mazars a t il communiqué sur le montant des indemnités que toucheront les représentants des communes de la CCHVC?

Écrit par : Saint Saturnin | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.