Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2017

Le Golf de Chevreuse

Surprise de taille au conseil municipal exceptionnel d'hier soir 31 mars où comment le vieux dossier du Golf est soudainement réapparu et voté en vitesse et en catimini. Le conseil s'est tenu à 20 heures. Peu de public, l'annonce ayant été faite urgemment pour pouvoir caler ce conseil avant les vacances scolaires de Pâques.

Un seul point à l'ordre du jour: "Régularisation du permis de construire de la Maison des Associations". Claude Génot,  légèrement mal à l'aise, a commencé à expliquer que la Préfecture lui demandait une pièce manquante dans l'instruction du permis de construire de la Maison des Associations. Alors qu'il se détendait au fil des explications, on apprenait que c'est la police des eaux qui avait remarqué qu'il manquait son autorisation au dossier, et qu'étant donné la surface de la Maison des Associations, la commune était dans l'obligation de compenser le volume d'eau pris sur la zone de crues, conformément à la rubrique 3.2.2.0 de la loi sur l'Eau relative aux installations, ouvrages, remblais dans le lit majeur d'un cours d'eau. Claude Génot distribue un plan des zones humides de Chevreuse (ClicClic pour lire) et explique que l'on ne peut pas construire n'importe quoi dans le cours d'une rivière en me regardant gravement. Surement voulait il régler ses comptes pour le zouave.

Les volumes sont énormes et il ne suffit pas comme le propose alors Mr Cattanéo calculette à la main d'enterrer de 2 ou 3 mètres le terrain de football synthétique obligeant Mr Godon à reprendre un nouveau chewing-gum avant d'avoir fini de 'fumer' le précédent et de répliquer 'Et pourquoi pas les tennis!'. ( Cela a bien fait rire les membres du clan Génot, j'ai cherché une contrepèterie mais je n'ai rien trouvé...)

La tension était extrême. ' Pas question de toucher à la plaine des sports 's'emporte Claude Génot avant  d'expliquer que la majorité s'était réunie préalablement pour étudier toutes les possibilités et que la seule solution pour ne pas dénaturer la plaine des sports était de compenser en amont, et que la création d'un golf permettrait de structurer les paysages et de créer les retenues d'eau nécessaires à la compensation le long du parcours. Alors que Mme Dallalba et Mr GarleJ distribuent la plaquette du golf, le 'compensant' précise les atouts écologiques et environnementaux du Golf (présentés au dos de la plaquette): le Golf de Chevreuse sera d'une qualité exceptionnelle, sans urbanisation. Un golf qui conserve les sentiers de randonnée existants, respecte le paysage de la plaine, entretient les cultures vivrières pour le gibier, limite les risques d'inondation du hameau de Trottigny.

golf,trottigny,inondation,genot,police,eaux,cattaneo,godon,casa dallalba,compensation,zone humide,DDT,prefecture
Clic/clic pour lire la plaquette du Golf de Chevreuse

Les élus qui découvrent le projet sont plutôt enthousiastes et échangent un long moment sur la disparition de la forêt le long de la route départementale, le nécessaire déplacement de l'activité d'élevage de l'autre coté de la route en continuité des terrains de la SAVAC.

Claude Génot rassure: les arbres remarquables seront conservés en rajoutant toutefois "s'ils ne sont pas malades bien sûr", l'herbe pour les vaches est aussi bonne de l'autre côté de la route.

Les élus adoptent finalement à 21h40 le projet de Golf à l'unanimité. Contre toute attente en début de soirée, Claude Génot a réussi à gagner l'admiration de ses conseillers. 'Il est trop fort' me lâche une élue en sortant de la mairie ' la compensation aurait dû coûter très cher à la ville et donc au contribuable, il arrive comme toujours à retourner la situation, à se la faire payer et à développer une nouvelle activité économique et sportive sur la commune'.

 

.                      Le Blog de Chevreuse - Saint Hugues
.                           'Tee pour tous et tous pour tee'
.                      Refrain d'une chanson locale engagée

 

 

11/09/2016

Guéguerre au Conseil

 

Suite au tract 'parebrisesque' de Chevreuse 2014

distribué lors du forum des associations,

la réponse de la mairie de Chevreuse.

communique,genot,mairie,tract,cattaneo,chevreuse2014
ClicClic sur le le COMmuniqué du Maire pour l'agrandir
ClicClic sur Tract Parebrisesque de Chevreuse 2014 pour le lire

 

 

 

 

11/07/2016

La Lettre à Pascal

 

 

___________________________________________

Un message du groupe Chevreuse 2014
___________________________________________

 

Diffusion de la demande en médiation auprès des instances politiques
pour implanter la MDA (Maison des Associations) dans une zone appropriée hors d'eau

 

 

chevreuse 2014,cattaneo,lettre,mda,depute,pascal,thevenot

ClicClic sur le début pour ouvrir le courrier

 

 

 ___________________________________________

Un message du groupe Chevreuse 2014
___________________________________________

 

 

 

07/04/2016

Info Chevreuse 2014

 

 ___________________________________________________

Un message du groupe Chevreuse 2014

Publication du tract distribué en boites aux lettres fin mars
___________________________________________________

 

cattaneo,chevreuse2014,fauconnier,association,cchvc,enfance,creche
ClicClic sur le début du texte pour télécharger le tract

 

 

25/03/2016

C' AVAP?

 

Aire de mise en Valeur de l'Architecture et du Patrimoine.  Lundi soir se réunissait le conseil municipal de Chevreuse.  Au premier point de l'ordre du jour était prévu la mise à l'étude de la création d'une AVAP, une Aire de mise en Valeur de l'Architecture et du Patrimoine. Un sujet attendu par les membres de l'Association de Protection de l'Environnement et du Site de Chevreuse venus en nombre.

avap,aire,valeur,architecture,patrimoine,hery,cattaneo,apesc

L'AVAP est un document qui permet pour un périmètre donné de fixer les caractéristiques d'architecture, de bâti, de couleur, les façades, les ouvertures, les toitures, les matériaux de couverture,les pentes de toits, etc... Tout est noté pour garder la mémoire du patrimoine qui fait le cachet, l'image et la beauté d'une ville. Les AVAP sont généralement étudiées dans les centres villes anciens présentant un patrimoine d’intérêt ou d'exception, ce qui est le cas de Chevreuse.

C'AVAP pas plaire à tout le monde.  La délibération a été votée à la majorité mais pas à l'unanimité. L'opposition de Chevreuse 2014 dénonce le soudain emballement pour ce projet alors qu'une loi sur le patrimoine est actuellement en cours de préparation. De plus une l'AVAP représente un coût non négligeable pour une ville comme Chevreuse. L'intervention de Sébastien Cattanéo est à lire sur le site du groupe Chevreuse2014.

Une recherche sur la toile montre qu'au contraire plusieurs maires s'inquiètent de l'arrivée de cette loi patrimoine et ont lancé une fronde contre la loi patrimoine qui ne défendrait pas suffisamment le patrimoine de leur centre historique. A lire cet article du Monde sur http://www.lemonde.fr/architecture/article/2016/01/20/fro...

Une inquiétude partagée par les associations de protection de l'environnement et du patrimoine d'Ile de France comme le confirme Catherine Giobellina présidente de l'Union des Amis du Parc: Leur crainte est que le gouvernement veut remplacer les AVAP aujourd'hui pilotées par l'état via la DRAC et les Architectes des Bâtiments de France par des PLU dits "patrimoniaux". Laissez la plume aux maires représente un vrai danger, d'autant que les PLU peuvent facilement être modifiés au gré des alternances. Certains maires vraiment soucieux de préserver leur communes ont vite compris que cela pouvait déraper.

Aux dernières nouvelles et suite à la fronde des maires, il est probable que que le gouvernement abandonne ce PLU patrimonial. Les discussions se poursuivent encore au Parlement.

Qu'en-est-il pour Chevreuse? Quel est le périmètre d'étude? La sauvegarde du patrimoine est elle la seule motivation du lancement de cette étude? Et si la loi Patrimoine est abandonnée, la mise à l'étude d'une AVAP sera t'elle maintenue?

La mairie de Chevreuse nous répond: 'L' AVAP, même si elle n'est qu'à l'étude, pourra permettre de muter rapidement, voire même en cours d'élaboration, en  "cité historique" ou "site patrimoniaux remarquables" et maintenir ou conformer les protections. Mais pour cela, il faut que l'étude soit lancée avant la promulgation de la loi. Pour l'heure, aucun périmètre n'est spécifiquement à l'étude. Le centre historique en fera nécessairement partie, et l'ABF suggère de largement étendre le périmètre'.

 

A suivre...    

 

.                       Le blog de Chevreuse -  25 mars 2016

.  Passion patrimoine. Passion. Passion, c'est ce soir avec Jean Brice.

 

 

 

02/12/2015

Poule House

 

L'équipe de Sébastien Cattanéo ne lâche rien et dénonce aujourd'hui l'augmentation programmée pour les prochaines années des impôts locaux et de l'endettement de la ville de Chevreuse.

Dans le courrier reçu dans les boites à lettres ( Clicclic pour lire le tract ), elle n'hésite pas à remettre en cause le projet phare de l'ère Génot : la construction de la Maison des Deux Associations promise à Mme Dall Alba sur l'île aux poules entre Yvette et canal. La conjoncture économique nationale et internationale ne se prête pas à l'investissement et Claude Génot en bon père de famille aurait du repousser ce dispendieux programme.

 genot,cattaneo,maison,association,alc,arc,dallalba,catherine,impot,augmentation,endettement,foncier

Peut-on encore stopper le projet maintenant que les subventions attendues par le Conseil Général ont été accordées?  Voir l' article de Toutes les nouvelles du 12 octobre sur http://www.lesnouvelles.fr/2015/10/12/credits-debloques-p...  

Peut-on 'modifier cette politique aux conséquences irrémédiables' ? La Maison des Deux Associations ne sera-t-elle pas un fardeau dans quelques années comme on le voit trop souvent dans les reportages aux informations. D'autant que 10 % du coût de l'investissement est prévu pour faire tourner la boutique. C'est plus de 300.000 euros (oui, trois cent mille) qu'il faudra débourser chaque année s'étonne cet ancien conseiller municipal, pourquoi?  La MDA ne cherchera-t-elle pas dans quelques années un repreneur comme la Maison de l'Environnement de Saint-Quentin à Magny les Hameaux.

Peut-on encore réfléchir à une solution intercommunale comme proposée? Est elle réalisable? Et tiens pourquoi pas? Chevreuse  pourrait porter son projet à Magny et installer les activités de l'ARC à la Maison de l'Environnement. Les adhérents de l'ARC ne sont pas exclusivement chevrotins et quitte à prendre leur voiture pour aller au grand parking de l'Yvette, ils pourraient covoiturer et monter sur le plateau 'recycler' la Maison de l'Environnement.

 

.                Le Blog de Chevreuse  - 29 novembre 2015

.               Saint Saturnin, réveille toi, il est devenu fou!

 

 

 

11/11/2015

Dernière Gerbe

 

Dernière gerbe déposée ce matin au pied du monument au mort de Chevreuse par le maire Claude Génot.

Dernière gerbe car Claude Génot devrait laisser sa place avant la fin de l'année à sa dauphine comme il l'avait dans un premier temps annoncé en début de la campagne électorale avant de se rétracter devant les réactions des chevrotins et proclamer qu'il ferait l'intégralité de son mandat.

genot,hery,godon,cattaneo,succession,élection

Le dossier de la maison des deux associations qui lui tenait à cœur est en cours de bouclage, plus rien ne le retient. La fin d'année semble le bon moment pour passer la main et la raison de santé sera surement invoquée comme d'habitude dans pareille passation.

Joli cadeau de Noël pour Anne Héry Le Pallec qui joue la seconde main depuis le début du mandat mais que l'on voit partout et qui tire déjà les ficelles dans bon nombre de commissions.

A moins que... A moins que... Anne Héry ne soit pas la seule prétendante au trône!

Doc Guitare saisirait-il sa chance?  Sébastien Cattanéo en profiterait-il pour essayer de renverser la majorité?

'Ils sont déjà en campagne' m'a lâché tout sourire un proche de la mairie.

Difficile toutefois de croire à un putsch et même si le vote est à bulletin secret. En effet, Anne Héry Le Pallec peut compter sur les nouveaux conseillers municipaux recrutés largement par ses soins et à sa botte (de cheval bien sûr) et par les fidèles alliés de la gauche.

 

.             Le Blog de Chevreuse  - 11 novembre 2015

. Armistice, armistice, est-ce que j'ai une gueule d'armistice ???

 

 

30/06/2015

Le Guépard

 

Ici Radio Tête de Veau :

L’émission pour les enfants !

(hébergée par Le Blog de Chevreuse)

 

Dis Tonton Tête de Veau, tu nous racontes une histoire ?

Venez mes petits, je vais vous enseigner la tragédie grecque, c’est de saison.

 

Claude dans les étoiles,

Anne « outragée », (c’est dans le compte-rendu, si si !)

Tragi-comédie à Chevreuse !!!

 

guepard,genot,hery,agathe,cattanéo,outragée

En une opération largement médiatisée (Le JT de France 2, quand même !), tout est dit sur la politique locale : de la poudre, la vraie, aux yeux. Ah, quel beau geste : on mutualise le feu d’artifice entre deux communes voisines, Chevreuse et Saint-Rémy-lès-Chevreuse. On SAUVE le budget ! On SAUVE même la planète (moins de CO2 mais çà il a oublié de le dire not’bon maître, (pardon, not’bon maire…).

Ca va en mettre plein la vue. Tout le monde il est beau tout le monde il est content. Et le cabinet Mazars qui a présenté au dernier conseil municipal (public) l’image chiffrée en powerpoint et euros perdus (904 000 € ) d’une Chevreuse isolée, personne ne l’a entendu çà (avis aux avocats d’Anne-Héry Le Pallec (1) : séquence publique et enregistrée légalement). Par contre, des centaines de chevrotins peu ou mal informés vont pouvoir dire « oh la belle bleue, oh la belle rouge ». Avec un peu d’astuce, ils diront aussi « oh le beau Génot c’est bien son idée de mutualisation ».

MU-TUA-LI-SONS qu’ils disent ? Chiche :

Crèches (3 sont en projets à St-Rémy, Chevreuse et Dampierre). Maison(s) des associations. Aide à domicile pour les personnes dépendantes. Ecole de musique (chouette, Chevreuse a construit tout seul ses 4 salles de cours…). Sports (Chevreuse refuse le transfert de cette compétence à la Communauté de Commune CCHVC). Etc.

C’est quoi déjà ce film… voyons… ah oui : « il faut que tout change, pour que rien ne change ». Ouais j’ai trouvé : « Le Guépard », de Visconti. Avec Claude Génot, maire dans le rôle de Burt Lancaster et Anne-Héry Le Pallec, 1ère et très fidèle adjointe dans le rôle de Claudia Cardinale. Bon, Sébastien Cattaneo dans le rôle d’Alain Delon ça ne va pas le faire. Pourtant, à la fin, il gagne.

J’adore les histoires d’amour à la télé. Avec Agathe, Anne et les autres, le Claude il va nous jouer « Charlie et ses drôles de dames »… J’attends le prochain épisode.

 Ici Radio Tête de Veau

 

P.S. Tout cela me fait penser à l’hommage rendu ce matin par France Info à Alain De Greef, décédé hier, grand monsieur de Canal Plus à sa création, à l'origine de plusieurs émissions et séquences phares de la chaîne cryptée, "Nulle part ailleurs", "Les Guignols de l'info", "Groland", "Les Deschiens"... Interviewé en 2011, il se différencie de TF1 avec ces propos : « Patrick Le Lay et Mougeotte, c’est le même moule, ils sont instruits, l’un lit Saint-John Perse, l’autre est amateur d’opéra, et les deux méprisent la merde (NDLR pour les avocats d’Anne Héry Le Pallec (1) : il répète le mot « merde » à la demande du journaliste) qu’ils servent à leurs auditeurs sur leur chaîne. Nous, à Canal, on pensait ne s’adresser qu’à une petite partie du public, payant, avec des programmes de qualité qui nous plaisaient, et ça a plu à un large public, Cela nous a surpris ».

Comme quoi le public, le peuple, n’est pas si con que cela… Merci Alain De Greef, et bonne chance avec Dieu : il n’a pas oublié sa marionnette !

 

(1). Le dernier conseil municipal a voté la protection juridique d’Anne Héry le Pallec, 1ère adjointe, sur une disposition du Code des collectivités territoriales (voir délibération municipale en iconographie), ce qui a eu pour effet de ressouder les citoyens, blogueurs, éditeurs, les opposants aussi mais aussi de simples chevrotins ayant parfois voté pour le maire, de cette stupide provocation à vocation d’intimidation dirigée vers tous ceux et celles qui oseraient critiquer celle qui est, de notoriété publique (cf. les Nouvelles des Yvelines mars 2014) la probable future maire de Chevreuse. L’auteur de ce billet s’est aussi senti concerné. D’où ce coup de pied de l’âne.

 

13/06/2015

Il va y avoir du Sport

 

On m'a affirmé que vous ne lisiez pas assez. Attention, le manque de lecture peut rendre idiot. On s'isole, on ne s'occupe plus des autres et on fait plus que des trucs tout seul dans son coin. Trop tard me direz vous. Allons, allons, il n'est jamais trop tard. Essayez vous à ce texte pour commencer.

 

________

 Article L2123-35

Le maire ou les élus municipaux le suppléant ou ayant reçu délégation bénéficient, à l'occasion de leurs fonctions, d'une protection organisée par la commune conformément aux règles fixées par le code pénal, les lois spéciales et le présent code.

La commune est tenue de protéger le maire ou les élus municipaux le suppléant ou ayant reçu délégation contre les violences, menaces ou outrages dont ils pourraient être victimes à l'occasion ou du fait de leurs fonctions et de réparer, le cas échéant, le préjudice qui en est résulté.

La protection prévue aux deux alinéas précédents est étendue

aux conjoints, enfants et ascendants directs des maires ou des élus municipaux les suppléant ou ayant reçu délégation lorsque, du fait des fonctions de ces derniers, ils sont victimes de menaces, violences, voies de fait, injures, diffamations ou outrages.

Elle peut être accordée, sur leur demande, aux conjoints, enfants et ascendants directs des maires ou des élus municipaux les suppléant ou ayant reçu délégation, décédés dans l'exercice de leurs fonctions ou du fait de leurs fonctions, à raison des faits à l'origine du décès ou pour des faits commis postérieurement au décès mais du fait des fonctions qu'exerçait l'élu décédé.

La commune est subrogée aux droits de la victime pour obtenir des auteurs de ces infractions la restitution des sommes versées à l'élu intéressé. Elle dispose en outre aux mêmes fins d'une action directe qu'elle peut exercer, au besoin par voie de constitution de partie civile, devant la juridiction pénale.

 ___________

 

Cela vous a plu. Ça y est, le goût de la lecture vous est revenu. Tant mieux. Vite maintenant un petit tour sur le site de la mairie ( ClicClic sur le dessin de la mairie en haut à gauche) pour y découvrir l'ordre du jour du conseil municipal de lundi soir.

legifrance,genot,cattaneo,lebrun,élu,violence,menace,outrage

Il va y avoir du SPORT...

 

 Le Blog de Chevreuse - 13 juin 2015

 Qui l’eut cru, va y avoir des œufs fêlés pour la Sainte Germaine

 

05/05/2015

ProCASQYnation

 

Je reprends pour le conclure ce texte (commencé il y a plus d’un an et demi !!!) ce lundi 4 mai 2015 suite à la réunion publique organisée à la salle Jean Racine par plusieurs associations fédérées par les Amis du Parc…

 

Introduction

Nombreux sont les chevrotins qui ignoraient ce projet de la majorité de quitter la Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse (CCHVC) pour rejoindre la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-En-Yvelines (CASQY) jusqu’au tract diffusé en décembre 2013 par le président Pelletier. C’est bien dommage et les détracteurs de cette orientation ont eu bien raison de déplorer un manque d’information et de consultation. En revanche, on ne peut que déplorer en retour les moyens et les arguments déployés depuis l’été dernier pour mobiliser (en vain) les foules contre cet objectif.

En gros, les anti-CASQY prétendent que ça va coûter très cher et que nous allons perdre notre âme et le caractère rural de nos communes. A noter que ce « mouvement » rassemble des personnes d’horizons très divers, dont certaines sont très respectables, mais il est très maladroitement mené par des personnages (et une liste) bien peu scrupuleux et qui mélangent des approximations et contre-vérités sur la fiscalité ou la dette pour perdent finalement toute leur crédibilité à réclamer une consultation en achetant des « j’aime » pour une page Facebook de soutien.

procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

Leur lettre ouverte à Claude Génot publiée sur le site « chevreuse2014.com » à l’été 2014 reprenait le thème de la représentativité et de la légitimité de la municipalité pour engager la ville dans ce projet et depuis plusieurs nouveaux tracts ont été distribués. Dans ce contexte, je vous livre quelques éléments de réflexion et pourquoi la CASQY est à mon sens l’unique et le plus évident des choix pour l’avenir de Chevreuse.

 

Histoire locale de l’interco

Il y a près de 45 ans, en 1968, notre commune s’est engagée dans l’intercommunalité avec le SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) et nous pouvons tous les jours admirer ou profiter de ses réalisations comme le collègue Pierre de Coubertin (1994), la salle de sport (1993) ou la piscine Alex Jany (1974 & 2008) car avant tout l’intercommunalité c’est ça : des moyens et des ressources pour réaliser des choses plus grandes et plus importantes !

La France a un véritable problème de découpage administratif. Partout en Europe, la tendance est à la réduction des niveaux administratifs et en particulier sur le nombre de communes. Partout… sauf en France ! De 1950 à aujourd’hui la Suède passe de 2 300 à 290 (87% de baisse !) et l’Allemagne de 30 000 communes à 12 000, tandis que de notre côté du Rhin, la réduction nous fait laborieusement passer de 38 800 à 36 700 communes… Tout le monde sait ce qu’il faudrait faire ; fusionner les communes et supprimer les départements mais en réalité, tout ce que nous avons réussi à faire c’est de rajouter cette couche de l’interco… malgré tout l’objectif d’une meilleure maîtrise de dépenses publiques demeure, à la manière d’un doux rêve.

Car l’intercommunalité c’est également ça : des économies d’échelle et une meilleure efficacité des politiques publiques dans la mutualisation de moyens et la coordination des projets. Plus concrètement, une intercommunalité permet de demander et d’obtenir des subventions ou des financements qu’une petite commune n’obtiendrait pas toute seule.

Non, rejoindre la CASQY ce n’est pas l’explosion des impôts locaux et ce n’est pas non plus un partage de la dette de la ville nouvelle tout simplement parce que ça ne fonctionne pas ainsi et qu’une intercommunalité intelligente c’est des économies et des gains de productivité !

 

CCHVC, les autres villes et Saint-Rémy-lès-Chevreuse

Toutes les communes de la CCHVC ne partagent pas la même vision ou le même projet ; si Chevreuse et Saint-Lambert avaient engagé une démarche auprès du préfet (ça a changé depuis…) la plupart s’interrogent et la vraie grande question concerne Saint-Rémy-lès-Chevreuse, dans une dynamique nouvelle, impulsée par une nouvelle majorité et de nouveaux espoirs, la voisine ne sait pas où regarder ; à l’est le plateau de Saclay est en pleine mutation mais c’est bien à l’ouest et au nord que les quartiers (Rhodon et Beauplan) s’imbriquent et que chevrotins, saint-rémois et magnycois échangent, partagent et peuvent se serrer la main en traversant la rue. De par son nom et son histoire, Saint-procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruRémy-lès-Chevreuse, est intrinsèquement liée à Chevreuse et à Magny-les-Hameaux ; elle est également dans le département des Yvelines, dans le Parc Naturel, dans le SIVOM ou dans la Communauté de communes actuellement contestée (Mme Becker a même été candidate pour être présidente de la CCHVC)…

 

Chevreuse et Saint-Rémy-lès-Chevreuse doivent rester unis et ça serait particulièrement absurde et dommage de ne pas partager un même projet d’intercommunalité. En revanche, l’avenir de communes excentrées comme Levis-Saint-Nom ou d’un ilot de millionnaires enclavé comme Milon apparaît plus secondaire dans notre projet. Sans parler de nombre de communes qui se trouvent à l’autre bout du Parc et dont on ne connaît même pas le nom… Car le Parc a été profondément remanié et son centre de gravité s’est fortement déplacé vers l’ouest et c’est très bien pour toutes les communes qui l’ont rejoint sauf que, aujourd’hui, le Parc ce n’est plus du tout la Vallée de Chevreuse (qui géographiquement suit plutôt le RER B), c’est la forêt de Rambouilletprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

Oui, vivre à Chevreuse c’est une chance extraordinaire, cet écrin de verdure et ces montagnes louées par Racine, son ciel relativement préservé (le diable ici s’appelle Toussus) où l’on regarde passer au loin les avions qui vont sur Orly, ses forêts, ses rivières, son calme et tout ça à quelques encablures de Paris la folle, l’excitée, la surmenée…

Mais vivre à Chevreuse ce n’est pas seulement contempler un paysage depuis une chambre en maison de retraite ou depuis la terrasse de sa maison secondaire. La population est jeune, active, les chevrotins aspirent à autre chose qu’à venir ronfler dans les odeurs de bouleaux et de chênes, de vaches et de chèvres. Les chevrotins ce sont des parents qui se préoccupent des infrastructures et des projets pédagogiques, culturels ou sportifs. Les chevrotins ce sont des actifs qui se déplacent, vers Paris, vers Versailles, vers la ville nouvelle avec des attentes et des exigences en termes de transports, d’emploi, de commerces, de services… Qui peut croire que ça va venir de Milon-la-Chapelle, village de 300 ha dont le Maire s’est plus illustré avec ses routes barrées et ses chicanes…

Non, il ne s’agit pas de choisir entre une urbanisation forcée en faisant partie du Grand Paris et une ruralité préservée par le concept de la communauté de communes.

 procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

 

Non, rejoindre la CASQY ce n’est pas la disparition ou le retrait du Parc Naturel, ce n’est pas non plus le bétonnage intensif des champs et des forêts. La ville médiévale n’a d’ailleurs pas eu besoin de la ville nouvelle pour créer ses lotissements comme les « Hauts » ou le « Val » dans les années 70.

Après il ne faut pas non plus sanctuariser le petit jardin des nantis de la vallée ; on peut taper sur Magny les Hameaux et ses constructions mais en attendant c’est bien grâce aux HLM du plateau que se logent les classes populaires dans la région et les objectifs de la loi SRU (25% en 2025) sont toujours très loin pour des communes comme Chevreuse, Saint-Rémy (10%) ou le Mesnil-Saint-Denis (plutôt vers les 5%) …

 

Alternatives et géographie

Certains disent qu’il est urgent d’attendre, se demandent si Chevreuse ne serait pas mieux dans la CAPS ou dans une autre communauté de communes comme Rambouillet Territoires.

procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruLa principale différence entre les deux formes française d’intercommunalité repose sur la notion de « commune centre » mais c’est un choix après tout de partager son tracteur ou ses médiathèques… Pour ma part, je trouve que le centre de Saint Quentin, son théâtre, son multiplexe, ses centres commerciaux ou sa base de loisir donne du sens et une cohérence à un territoire mais je conçois tout à fait que certains chevrotins « regardent » ou « vivent » vers d’autres directions ; pourquoi aller au SQY Ouest plutôt qu’à Ulis 2 ou au centre commercial du Belair à Rambouillet ??? De même, il fut un temps où les lycéens de la vallée allaient sur Montigny-le-Bretonneux ; c’est mon cas et c’est également la raison pour laquelle j’ai conservé des amis et des liens sur la ville nouvelle. D’autres sont allés au lycée de Courcelles et/ou prennent le RER B en direction de Orsay, de Palaiseau (deux villes de la CAPS) et de Paris… Tout ceci pour dire qu’il y a un ressenti et une perception subjective de l’organisation d’un territoire et des centres d’attractivité. Chevreuse est aussi loin du centre d’Orsay que de Montigny après tout (12 km environ) mais au-delà de la géographie ou de la topologie c’est l’histoire, les axes de communication et tout ce qui a pu contribuer à créer du lien depuis de très longues années qui sculptent un territoire et l’identité qui va avec.

A noter que depuis 2010, le nombre de communautés d’agglomération en France est passé de 181 à 222 quand le nombre de communauté de communes baisse fortement de 2 409 à 1 903… Sérieusement, dans un monde où les réglementations et la complexité administratives demandent des profils archi-spécialisés, quelles compétences pointues est-ce qu’on peut espérer trouver à la mairie de Bullion ou aux services techniques de Milon la Chapelle ?

En résumé, ma position personnelle ne consiste pas à défendre la CASQY contre la CCHVC mais le concept et le principe même de la communauté d’agglomération par rapport aux communautés de communes. Le principe d’un centre urbain avec des communes périphériques et qui peuvent bien évidemment garder leur identité, voir leur ruralité, contre un agglomérat de villages qui n’apporte rien.

Les événements de 2015 c’est la montée en force de diverses institutions et commissions sous la houlette du préfet de région ; des conseillers au sein d’une CRCI qui ont voté un SRCI conforme à la loi MAPTAM en élargissant la CASQY et en regroupant de nombreuses intercos mais en laissant de côté notre CCHVC. Un redécoupage conçu dans quelques bureaux et bien loin de la concertation et des citoyens. A l’insupportable millefeuille administratif et réglementaire on ajoute des procédures de décisions déconnectées et même méprisantes (voir le référendum de Coignières…).

Ignorée par les communautés d’agglomération qu’elles convoitaient, nos petites communes se retrouvent un peu livrées à elle-même, déchirée et écartelée entre les visions ou les ambitions, le Poisson partisan de Rambouillet qui ne veut rien lâcher, des villages qui souhaitent affirmer leur rprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruuralité et s’émanciper des contraintes SRU en rejoignant une CCHVC vide, des écologistes conservateurs qui ne veulent surtout pas entendre parler de constructions (logement social ou pas), un Parc Naturel inquiet de ses prérogatives et de ses pouvoirs et qui a visiblement le plus grand mal du monde à contenir les projets immobiliers et l’urbanisation d’une commune comme Magny les Hameaux, un petit maire/président qui affirme et revendique le côté dortoir et résidentiel de sa communauté et ses proverbes mérovingiens… A l’applaudimètre c’est sans doute Dominique qui emporte la soirée avec ses bons mots sur le Parc à sauvegarder, face à une salle acquise et malgré une vision délirante d’une intercommunalité de 51 communes sur le périmètre du PNR… Mesdames Héry et Becker vont devoir sacrément bien réviser pour pouvoir enfin répondre clairement à la simple question «  quels sont les avantages à rejoindre la CASQY ? »… Et sinon tout va continuer comme avant, les tracts de Sayous / Empinet, quelques encadrés dans le Médiéval, des citoyens qui vont râler et réclamer un référendum, des associations de sauvegarde de leur environnement et de leur privilèges, des élus de droite qui vont râler contre SRU / ALUR, des préfets qui vont demander plus de logements sociaux et des citoyens juste désabusés et dégoutés.

Allez, on verra demain !

 

.                                             André S.

 

23/03/2015

Nouveau Tract CVC

 

_______________________________

 

Un message du Comité Vallée de Chevreuse

 

____________________________________

 

Pour télécharger le nouveau tract, clicclic sur l'image

comité,vallee,chevreuse,cvc,cattaneo,bavoil,empinet

 

_______________________________

 

Un message du Comité Vallée de Chevreuse

 

____________________________________

 

27/02/2015

Info du comité Vallée de Chevreuse

__________________________________________

Un message du comité Sauvegardons notre Vallée  

_______________________________________________

Nous poursuivons la tâche que nous nous sommes fixée de vous informer régulièrement.

Le 12 février s'est tenue, sous la présidence du Préfet de Région, la 3ème et dernière réunion de la Commission Régionale de Coopération Intercommunale (CRCI) pour examiner et voter les amendements au Schéma Régional de Coopération Intercommunal (SRCI) proposé par le Préfet de Région le 28 août 2014. Au cours des 3 séances (22 janvier, 5 et 12 février 2015), près de 50 amendements ont été déposés et examinés, 5 ont été retenus par vote, et seront intégrés dans la prochaine version du SRCI.

Aucun amendement ne concerne la CCHVC.

Pour rappel, un amendement divise le projet de méga-communauté de 800.000 habitants en 3 intercommunalités (voir CRCI du 22 janvier).

Dans le prochain arrêté du Préfet de Région qui publiera avant le 31 mai le nouveau SRCI,  le périmètre actuel de la CCHVC devrait donc être confirmé

Toutefois, une nouvelle phase démarre maintenant et se conclura par la publication par les Préfets des quatre départements (78, 91, 95, 77) des périmètres des Communautés de Communes ou d'Agglomération. 

Le Préfet de Département peut encore procéder à des modifications, jusqu'au 1er septembre 2015.  Les intentions des Maires de Chevreuse et de Saint Rémy les Chevreuse de vouloir quitter la CCHVC pourraient être prises en considération à cette occasion.

Notre combat pour la défense de notre territoire et l'élargissement de la CCHVC n'est donc pas terminé.

Restons mobilisés et poursuivons la campagne de signatures jusqu’à la publication de tous les arrêtés définissant les périmètres des Communautés de Communes ou d'Agglomération.

Bien cordialement

 

.                        Jacques Empinet 

.    Coordinateur du Comité Vallée de Chevreuse

 

 

30/01/2015

Sauvegardons notre Vallée de Chevreuse

 

___________________________________________

Message aux  habitants  de Chevreuse,  Choisel,  Dampierre-en-Yvelines,  Le Mesnil St Denis,  Levis St Nom,  Milon la Chapelle,  Senlisse,  St Forget,  St Lambert des Bois,  St Rémy les Chevreuse,
___________________________________________
 
 
Vous avez peut-être reçu fin décembre un message du président de la CCHVC, Jacques Pelletier, accompagné d’un lien vers un sondage pour  vous prononcer sur votre appartenance à notre communauté de communes.
Depuis, le  mouvement citoyen lancé après la réunion du Conseil Communautaire du 1er décembre dernier, s’est organisé pour prendre le relais et faire entendre la voix des habitants de la CCHVC auprès des politiques et des média.
Dans la continuité de ce sondage, c’est donc maintenant une pétition que nous vous invitons à signer :
 
 « Sauvegardons notre Vallée »
 

petition,sauvegarde,vallee,chevreuse,delegue,communautaire,bavoil,cattaneo

Récupérer la petition :

 
·        Utiliser le tract pétition qui vous a été distribué, 
 
·        Cliquer pour Téléchargez la pétition au format PDF
 
Renvoyer les petitions :
 
·       Par voie électronique en la scannant en l'adressant par mail à:
               sauvegardons@notrevalleedechevreuse.com
 
·        Par voie postale à : 73 rue de la Division Leclerc – 78460 Chevreuse
 
Merci de relayer ce message auprès de vos amis et voisins et de les inviter à signer.

 

30/12/2014

Communiqué de "Notre Vallée de Chevreuse"

 

______________________________________________________

Un message de l'association 'Notre Vallée de Chevreuse'

______________________________________________________

 

Vous avez certainement reçu dans votre boîte aux lettres le communiqué du Président de la Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse (CCHVC). Jacques Pelletier appelle ainsi à se mobiliser et à répondre à une consultation citoyenne (version électronique  de cet appel en pièce jointe).

En effet, l’unité de notre territoire de la Haute Vallée de Chevreuse est mise en danger par la volonté des majorités municipales de Chevreuse et Saint Rémy les Chevreuse de quitter la CCHVC.

Avant le 20 novembre 2014, date à laquelle Saint Lambert a voté son attachement à la CCHVC, la majorité de Chevreuse ne cessait de vanter les mérites de son rattachement à Saint Quentin en Yvelines ( CASQY).   Ne pouvant plus prétendre rejoindre ce territoire, Chevreuse s’associe aux prises de positions récentes du Maire de Saint Rémy qui veut rejoindre la CAPS (Plateau de Saclay). On passe ainsi de la CASQY à la CAPS sans aucune explication !

Vouloir maintenant se rapprocher de la CAPS, c’est aussi tourner le dos au Conseil Général des Yvelines qui a tant contribué au financement d’infrastructures à Chevreuse et à Saint-Rémy dans l’intérêt de tous les habitants de la Vallée.

Quelle est donc la logique de ces retournements dans la précipitation ? Territoriale ? Economique ? Environnementale ?

 

Non, la logique qui apparaît clairement maintenant est que la majorité de Chevreuse veut quitter à tout prix la CCHVC

 

Quel est l’intérêt de Chevreuse et Saint Rémy  de quitter ce territoire au lieu d’être le moteur d’une intercommunalité dynamique? Leurs deux maires prétendent actuellement ne pas pouvoir prendre de décision dans la CCHVC alors que leurs communes pèsent 37% des voix. Mais que pourront-ils faire dans une grande intercommunalité où ils pèseront  2 à 3% des voix ?

Et surtout ces décisions et revirements se font sans consulter les principaux intéressés : les habitants! C’est l’avenir de notre qualité de vie et du développement de notre territoire qui est en jeu.

 

Ne les laissons pas  imposer leurs choix à notre Vallée  sans aucune consultation! Un Maire ne peut pas prendre de tels engagements en catimini. Les habitants doivent avoir la possibilité de se prononcer.

Nous vous appelons donc à vous exprimer sur le sondage proposé par le Président de la CCHVC :

Cliquez sur:   www.sondageonline.fr/s/mon-choix-pour-la-vallee

 

Si vous partagez votre point de vue n’hésitez pas à retransmettre ce mail à vos proches et voisins.

Nous vous souhaitons d’ excellentes fêtes de fin d’année.

 

Notre Vallée de Chevreuse

 

 

12/12/2014

Patron! Encore une

 

____________________________________________________________

Un message du groupe Chevreuse 2014
_____________________________________________________


 

Création de l'association NOTRE VALLEE DE CHEVREUSE

Afin d'amplifier et de donner un cadre juridique à nos actions, une grande partie des membres de Chevreuse2014 a décidé de créer l'association

 NOTRE VALLEE DE CHEVREUSE.

dont les statuts et son bureau sont visibles en cliquant ici.

Fondée sur le respect des personnes, l’écoute et la tolérance dans les débats, l'association se veut l'expression de la société civile. Elle se donne pour but de participer au débat public en favorisant l'action locale, intercommunale, départementale et régionale et animer une démocratie de proximité.

L’Association souhaite promouvoir, notamment, le développement des initiatives locales dans les domaines du développement durable, du développement économique, de l’innovation sociale, de l’éducation, de la richesse des savoirs dans les secteurs culturel et sportif sur le territoire des communes de la vallée de Chevreuse et communes environnantes de même identité territoriale.

Elle est ouverte à toutes les personnes ou groupes de personnes qui souhaitent soutenir et/ou participer à ce projet.

Vous pouvez consulter le libellé complet de l'objet de l'association en cliquant ici.

 

Si vous souhaitez vous informer sur la vie citoyenne sur notre territoire, soumettre des propositions et alimenter les débats, rejoignez nous en remplissant le bulletin d'adhésion téléchargeable  en cliquant ici.

 

Bulletin à retourner à : NOTRE VALLEE DE CHEVREUSE
73 rue de la Division Leclerc - 78460 CHEVREUSE
 (Boite aux lettres sous la deuxième fenêtre à droite)

  ___________________________________________________________________

 

04/09/2014

Tous contents!

 

tennis,tous,contents,cattaneo,borges,veillet

 

Heureusement qu'on a le Médiéval!!

Il y en a qui disaient que les frondeurs du Tennis avaient monté une liste d'opposition aux dernières élections,

Les gens racontent vraiment n'importe quoi!

Faut se méfier des gens.

 

Le Blog de Chevreuse - 4 septembre 2014

A la sainte Rosalie, c'est la fête à César

 

25/07/2014

Y sera maire jusCasqy... 2

 

Y sera maire jusCasqy,  le grand dossier de l'été sur votre Blog

___________________________________________________________________________

 

La question Y sera maire jusCasqy du jour:

 

Combien coutera le rattachement à la CASQY aux habitants de Chevreuse et de Saint Lambert? Quelle augmentation d'impôts locaux est à prévoir?

 

___________________________________________________________________________

 

 

12/05/2014

Conseil municipal du 28 avril 2014

Préambule

 Le texte ci-dessous est le compte-rendu du second conseil municipal de la nouvelle mandature. Le Blog en profite pour répondre aux commentaires qu’ont laissé les lecteurs sur le premier compte-rendu et préciser la manière dont il aborde cet exercice dont la première difficulté est  qu’il impose la rédaction (et la lecture !) d’un texte long.

 Un conseil municipal est long, en moyenne 3 heures. Dense, varié, brouillon parfois, ; la mairie en fait un compte-rendu chiffré, précis,mais conclusif : les décisions sont affichées, pas le contenu des débats à l’exception de quelques explications de vote. Les comptes-rendus du Blog se veulent donc complémentaires et accordent une large place à l’ambiance, l’atmosphère, les petites phrases révélatrices des états d’esprit. Dans cette optique, et pour les questions budgétaires en particulier, les chiffres sont parfois arrondis. Pour répondre à une critique aussi, nous rapportons fidèlement les propos que le maire et les conseillers tiennent lors de ces réunions publiques. Par exemple, pour le premier conseil, le  nombre de 250 commerçants, artisans, etc, a bien été prononcé par la première adjointe. C’est ce que Le Blog rapporte. Après, si le propos est une erreur, inexact, ou parfois même mensonger (dans cet exemple un lecteur bien documenté nous écrit : « ce n’est pas une baisse de la CFE de 70%, mais de 40% seulement »), les commentaires sont là pour apporter rectification ou contradiction. Mais le propos a été tenu en public et donc rapporté ici tel quel.

 Après, si un sujet mérite vérification et approfondissement, ce doit être à nos yeux l’objet d’un article spécifique. Comme pour l’ASSAD 78 dont il a été longuement question le 28 avril et pour lequel nous vérifions la véracité des propos tenus avant de livrer l’information.

 Voilà l’esprit dans lequel Le Blog vous informe des débats tenus en conseil municipal le 28 avril dernier.

--------------------------------------

 Le Conseil municipal est presque au complet ce 28 avril à 20 heures 30. On ne peut pas en dire autant de la salle : le public comptait 13 personnes le 10avril, au précédent conseil. Ce soir, nous sommes 11. Il est vrai que l’ordre du jour, pour reprendre les termes de notre confrère éditeur du forumdechevreuse.net, ne comprend que « des choses rigolotes » : approbation du budget exécuté 2013 et budget primitif 2014. Avalanche de chiffres en vue.

 En guise de mise en bouche, le maire Claude Génot  fait voter l’acquisition du parking sauvage sis en face de la caserne des pompiers que la mairie utilisait déjà faute d’un propriétaire connu. Un opportun décès est passé par là et les héritiers se sont manifestés. Va pour le parking, qui sera « paysager ». Au détour, petite pique de Claude Génot : « Maître Delais se chargera de la vente ». Didier Lebrun, chef de l’opposition de gauche, minoritaire, s’étonne : « ce n’est pas le notaire de Chevreuse ? ». Rictus du maire : « chacun son tour, et puis Maître Delais habite à Chevreuse ». Petits rires autour de la table du conseil. Décodage : le notaire Delais a son cabinet au village voisin du Mesnil-Saint-Denis, avec ses confrères Chansac, Chenailler et Bonnot, et habite effectivement Chevreuse. Mais là n’est pas la raison : le notaire de Chevreuse, Maître Augereau-Hue, figurait sur la liste d’opposition de droite menée par Sébastien Cattanéo, liste défaite aux élections. Petite vengeance mesquine entre notables ?

800px-Serment_de_Koufra_2_mars_1941.JPGOn passe à la borne du serment de Koufra.  Le conseil est dissipé. Koufra, c'est loin, c'est ancien (guerre de 1940-1945). Le maire fait taire sa troupe et lit quand même le serment de Koufra, ville d’Afrique du Nord (Lybie) où le colonel Leclerc fait jurer à ses hommes de ne déposer les armes qu’une fois de retour, victorieux, à Strasbourg. Le serment sera tenu. Tout comme Gif ou Saclay, Chevreuse aura sa borne commémorative pour un coût estimé à 1500 euros. En fait il s’agit de ces fameuses bornes étoilées qui jalonnent le parcours de la célèbre 2ème division blindée de Leclerc des plages du débarquement à Strasbourg.

 Le conseil a voté à l’unanimité ces deux points, il en sera de même pour les sujets scolaires qui suivent. Tout d’abord le montant des indemnités versées aux enseignants qui accompagnent leurs classes lors des séjours « transplantés » ou encore « environnementaux », pour 26,48 euros/jour. Le lecteur appréciera le maigre montant de l’indemnité pour rester loin de chez soi pendant 8 jours. Mais c’est légalement plafonné. Et puis l’acquisition de 2 tableaux numériques pour les écoles (3140 euros dont 2000 proviennent du Conseil général). Petite discussion à l’occasion : pourquoi, alors que Chevreuse a une confortable réserve financière, acheter ces tableaux au compte-gouttes ? Réponse d’Anne Héry le Pallec, en charge du scolaire lors de la précédente mandature : « Les enseignants y viennent peu à peu, ce n’est pas évident pour tous de les utiliser à bon escient. Et on anticipe l'obsolescence des premiers tableaux et leur remplacement progressif ».

 Arrive le premier gros sujet du jour : les subventions aux associations. Après les amuse-gueules (carte jeune accordée à Tibocircus et la Cordonnerie du Progrès pour cause de rattrapage administratif, et la régularisation des contrats  temps libre du 15 février au 2 mars pour cause d’activités offertes pendant les vacances scolaires), le Conseil s’attaque au sport. Et on comprend rapidement qu’il y a un malaise. Et aussi un grand absent.

 Pierre Godon, nouvel adjoint aux sports en remplacement de Guy Bruandet (dont on se demande donc toujours pourquoi il a été écarté de la liste sortante) se lance dans un long développement autour de « Chevreuse ville sportive ». Ca patauge un peu et Sébastien Cattanéo, leader de l’opposition, se lâche : « C’est illisible, mal présenté, la somme globale reste certes la même mais on ne comprend rien à ces documents, cela sème le doute sur ce qui est financé». Godon se défend : « Sébastien, tu es président d’une association sportive comme moi, tu connais les éléments, j’ai repris à l’identique les tableurs de Guy Bruandet et reporté toujours à l’identique de l’an dernier les subventions accordées aux associations sportives ; je t’accorde que c’est mal présenté mais je propose de voir cela en commission des sports ».

 A ce stade de la soirée, il convient de résumer l’enjeu pour nos lecteurs. La Ville de Chevreuse articule sa politique sportive autour de deux actions : la construction et l’entretien des équipements sportifs mis à la disposition des associations sportives, et des subventions pour un montant global de 65 000 euros par an, somme répartie en deux postes : 26 000 euros donnés aux associations, indistinctement de l’activité mais simplement selon le nombre de licenciés. Et 39 000 euros qui représentent les vrais choix prioritaires de la municipalité : football, rugby, et « un peu de tennis » (7500 euros pour ce dernier club présidé par Sébastien Cattanéo. Pierre Godon présidant le club de football). C’est là que se situe l’enjeu : la répartition de ces 39 000 euros. Car le tennis veut plus. Mais il n’est pas le seul : les associations vont mal. Et Godon lâche le morceau : « Au foot, il restait 124 euros en caisse la semaine dernière, et le District nous réclame 1500 euros de cotisation. C’est avec son chéquier personnel qu’un dirigeant a été acheter les fournitures qui manquaient aux gamins le week-end dernier. Et nous ne sommes pas les seuls, le rugby souffre aussi, il n’y a pas ou peu de sponsors ».

 Là, Sébastien Cattanéo tente un premier coup en interpellant le maire : »Chevreuse est riche, on peut augmenter légèrement les subventions non ? ». Ce sera niet, Claude Génot défend vigoureusement sa politique. « Depuis 2011 c’est 65 000 euros par an et ça le restera. Dans la situation budgétaire actuelle je me refuse à augmenter les subventions, à l’exception de la Croix-Rouge on verra cela plus tard. Mais je ne les baisse pas non plus, j’ai conscience du côté social du sport ». Et son opposant de commettre le sacrilège suprême en notre bonne ville de Chevreuse où le rugby est une religion : « OK, OK, mais on pourrait répartir différemment non ? Le rugby, comme ils descendent en Division d’Honneur, ils n’ont peut-être plus les mêmes besoins  ? »

 Hurlements autour de la table du Conseil. On imagine qu’il y aura 15 types de plus au prochain conseil au fond de la salle, ou plutôt au premier rang. Pierre Godon « récite » son Bruandet en rappelant la doctrice « constance des subventions sans diktat des résultats sportifs ». Cattanéo insiste « c’est faux, quand le rugby est monté en fédérale 2 il y a eu une rallonge ». Le maire : « on ne peut pas dire cela. A l’époque nous n’avons pas augmenté la subvention, la mairie est intervenue ponctuellement pour permettre au club d’assurer ses déplacements sur une large zone géographique. Ils devaient se rendre aux quatre coins de la Bourgogne et du Centre ». Didier Lebrun essaie de calmer le jeu, propose un renvoi en commission (c’est à huis clos, plus discret !), appuyé par le maire-adjoint Brunoi Garlej qui remercie Godon de ses « précautions oratoires » (on comprend maintenant les hésitations du début). Le maire conclut en reconnaissant « un vrai problème de méthode » et promet de répartir en commission les 39 000 euros. Il rappelle pour finir les catégories retenues par la Ville comme clé de répartition : chevrotins, non-chevrotins, et chevrotins nés après 1992. Fin du sport, dans tous les sens du terme.

 Les subventions aux autres associations sont également reconduites à l’identique et à l’unanimité, excepté la Croix-Rouge qui bénéficie de 2000 euros de plus. Explication du maire : « au vu de la conjoncture, ils sont davantage sollicités ». Il y a donc des nécessiteux à Chevreuse. A noter aussi que l’ALC est victime de la seule mais bruyante abstention, celle de Caroline Von Euw, 3ème maire-adjoint pour qui « l’ALC coûte trop cher pour ce qu’elle fait ». Tout le reste est voté à l’unanimité, même l’ASSAD 78 (aide à domicile) qui fait l’objet d’un curieux traitement. Fin du chapitre associatif. On passe aux comptes 2013.

 Toujours en arrondissant largement, (Le Blog renvoie le lecteur curieux des chiffres au compte-rendu détaillé de la mairie) le budget 2013 présente 2 sections : le fonctionnement, avec un excédent de 1,5 million d’euros et l’investissement, déficitaire de 524 000 euros. La commune, en tenant compte du solde antérieur dispose donc d’un solde net disponible de 1 517 000 euros (ce qu’on appelle la capacité d’autofinancement). Le budget définitif 2013 est approuvé à l’unanimité. Sur question de Sébastien Cattanéo, la première adjointe précise que l’assainissement figure à part en termes budgétaires car ce poste pourrait être un compte ou une activité commerciale. L’occasion de préciser que le contrat de la Lyonnaise des eaux (fermage) a été renouvelé il y a 2 ans et court pendant 10 ans encore.

 Le Conseil entame enfin le budget primitif 2014 avec en préambule le coût de la dette : 485 000 euros par an. « Sans possibilité de renégociation intéressante » dixit la première adjointe à qui les Finances ont été confiées pour la mandature à venir. Le budget se veut à l’identique de 2013, avec un fonctionnement estimé à 2 450 000 euros. L’opposition fait remarquer « qu’à l’identique, c’est un peu fort : il y a 27% d’écart entre les chiffres 2013 et 2014 ». L’occasion pour Anne Héry Le Pallec de donner une leçon de comptabilité publique : « en début d’exercice c’est normal : il y a des recettes certaines auxquelles s’ajouteront en cours d’exercice des recettes supplémentaires que nous n’avons pas le droit de porter dans le budget primitif. L’idée est de se rapprocher progressivement du budget définitif de l’année précédente ». C’est sans compter avec le socialiste Didier Lebrun qui en profite pour dénoncer « l’augmentation des indemnités des élus ». Comprendre la nomination d’un adjoint supplémentaire qui porte de 97 000 à 110 000 euros le coût des fameuses indemnités. Il est tard, Héry Le Pallec parle sans trop réfléchir : « un adjoint de plus permet d’avoir un emploi en moins ». Maladroit en cette période de chômage. Le maire botte en touche « ou un cabinet conseil coûteux ». L’occasion de citer l’avocat de la CCHVC. L’assistance comprend qu’on va bien finir par parler de Jacques Pelletier, maire de Milon-la-Chapelle, bête noire de Chevreuse. Mais il faut attendre, l’opposition est lancée et c’est pas triste. Car il faut de l’imagination pour transformer un débat budgétaire en débat d’ordre général. Et c’est Sarah Fauconnier, n°2 de la liste Cattanéo, qui s’y colle : « Avez-vous prévu les dépenses inhérentes à la réforme des rythmes scolaires ? Et d’abord qu’avez-vous prévu ? ». « Rien ». La réponse fuse, même si elle se révèle plus provocante qu’exacte. Anne Héry le Pallec précise la position municipale : « le ministre va modifier la réforme, on ne va pas prévoir des activités sans savoir quand et comment les programmer. Je ne mets rien en place tant qu’il s’agit de bavardages au micro ». Sauf que la première adjointe omet un léger détail : certes Benoît Hamon, nouveau ministre de l’Education nationale, s’affiche sur les plateaux télé et dans les studios de radio, mais son ministère a bel et bien publié un décret précisant les aménagements autorisés, décret sur lequel les communes peuvent s’appuyer pour préparer la rentrée prochaine. On comprend alors qu’à deux mois de la fin de l’année scolaire, la municipalité ne souhaite pas communiquer sur le sujet. Le projet est-il déjà ficelé ? Sarah Fauconnier ne lâche pas l’affaire : « si ce n’est pas dans le budget, qui paiera ? Les familles ? ». Le maire et son adjointe acquiescent : « nous n’augmentons pas les impôts, les dotations aux communes baissent et nous maintenons les services. Donc les familles seront mises à contribution ». On se rappelle d’une conseillère municipale disant pendant la campagne électorale « pour 2,50 euros par jour, les familles vont râler en invoquant la crise ». C’est pour bientôt ? Fauconnier pense avoir trouvé une piste: « dans le compte 6042, les 75 000 euros c’est quoi ? ». Raté. « C’est la classe découverte, le voyage en Angleterre de l’Ecole Jean Moulin ». Riposte : »75 000 euros ? ». « Non, les familles contribuent à hauteur de 45 000 euros. Les 75 000 euros constituent le coût global. Nous avons fait appel à un prestataire privé ». Le maire confirme : « oui c’est coûteux, nous avions eu un débat à l’époque ». Le terrain scolaire devient glissant, Sarah Fauconnier est aussi présidente de la PEEP, Cattanéo reprend la main avec… les caméras de video-surveillance. Le maigre public soupire, les conseillers majoritaires lèvent les yeux au ciel, et c’est parti pour un « débat » sur le coût de la sécurité. Le maire intervient : « c’est le vote du budget, rien d’autre ». Bernique, Sébastien Cattanéo insiste. Avec un angle d’attaque pour le moins curieux : les fameuses caméras, qui coûtent entre 10 et 15 000 euros par an. Or le principal poste de dépenses en termes de sécurité est le traitement des 4 fonctionnaires de la police municipale qui coûtent au moins 10 fois le budget des caméras. Pourquoi se focaliser sur les caméras ? On ne comprend pas trop. Après viendra le tour de l’amende pour le manque de logement sociaux (où l’on apprend – à vérifier – que quand le préfet préempte, il faut qu’il ait le financement. Vu les finances de l’Etat, finalement, le risque est minime). Anne Héry le Pallec confirme la politique municipale déjà abordée dans le Blog en avril, politique qui minimise les conséquences financières. Mais la vente des terrains municipaux est un grand moment : Didier Lebrun, à bout d’arguments, ressuscite en sapeur Camember : « si on vend le peu de terrains qui nous restent à des promoteurs il faut que l’argent aille à l’achat de nouveaux terrains ». Vendre des terrains pour acheter des terrains ? Rigolade générale. Anne Héry Le Pallec en profite pour recadrer le débat sur le budget avec le fonds de péréquation entre villes riches et villes pauvres, ce que le maire appelle « entre les villes bien gérées et les villes mal gérées ». Chevreuse s’est vu ainsi prélever, en 2013, 205 000 euros par le Fonds de péréquation dont on rappelle qu’il est redistribué au niveau national.

 Et le Conseil vote, enfin. 2 voix contre (la gauche), 5 abstentions (liste Cattanéo), le reste (majorité) pour. Le budget primitif 2014 est adopté. S’ensuit un second vote : la fixation des taux d’imposition. Le maire propose de les laisser inchangés, en clair pas de hausse de l’imposition locale. Le Conseil approuve à l’exception des deux conseillers de gauche.

 Le Conseil se termine enfin ? Ah, non. Un Conseil municipal chevrotin n’est pas un vrai conseil sans la Fête à Jacques. C’est un conseiller de la majorité qui lève le lièvre : « c’est quoi cette réunion des maires de la CCHVC ? (la communauté de communes à laquelle appartient Chevreuse) ». Claude Génot prend la parole, ce n’est plus le Maire qui parle, c’est l’acteur qui compose finement entre jubilation et colère feinte. « Je voulais vous en parler. Je trouve en effet qu’il est tout à fait anormal que Jacques Pelletier, maire de Milon-la-Chapelle, président de l’interco en campagne pour sa réélection, ait réuni de manière informelle les maires de la communauté de communes sans les autres conseillers communautaires. Ce n’est pas l’idée que je me fait de la démocratie ». Pour les durs d’oreille qui n’auraient pas compris, la première adjointe précise la pensée du Chef du village. « Cette réunion, où j’ai représenté Claude Génot empêché, n’est pas qu’informelle. Des orientations y ont été prises et nous considérons que cela ne respecte pas l’idée de proportionnalité que représente le conseil communautaire, où toutes les tendances même minoritaires sont présentes. Pour Chevreuse par exemple, la liste Cattanéo a un siège. Quand on ne réunit que les maires, aucune opposition n’est présente. C’est anti-proportionnel et ce n’est pas l’esprit de l’interco ». Sur une question de Didier Lebrun, on apprend que les maires du Mesnil Saint Denis et de Saint-Rémy sont sur la même longueur d’ondes que Chevreuse (fait assez rare pour être souligné). Ce qui se confirmera le lendemain par l’élection avec une seule voix d’avance de Jacques Pelletier à la présidence de la CCHVC dans une élection où Agathe Becker, nouveau maire de Saint-Rémy, a failli devancer le président sortant. Le western intercommunal continue, la Fête à Jacques aussi. Le Conseil, lui, est terminé.

 

.      Propos rapportés par Yves pour Le Blog

 

15/04/2014

Premier Conseil

 

L’essentiel du Conseil Municipal du 10 avril 2014

 

CHEVROTINS OU ETIEZ-VOUS ?

13 ! Nous étions 13 personnes dans le public à assister au Conseil Municipal du 10 avril 2014. Et encore, sur ces 13 personnes, il faut retrancher le prochain retraité de la direction des services de la Ville, plus un militant UMP zélé et votre serviteur collaborateur du Blog, donc 10. Moins les 2 mères de famille actives dans les associations scolaires il reste 8 (HUIT ) habitants de Chevreuse à avoir suivi ce conseil municipal. Et vous êtes combien à râler contre la municipalité ? Lecteur, ne viens pas te plaindre dans 6 ans de la mandature de Claude Génot, maire régulièrement élu.

Le Conseil Municipal a donc procédé dans la première partie de la soirée à la nomination de ses représentants dans les nombreuses commissions, organismes sociaux, scolaires, communautaires, selon un modèle d’élection et de représentation issus du scrutin majoritaire. Dans la plupart des cas, la liste Génot a remporté la totale représentation de la commune. Il faut noter l’élégance des deux oppositions (Chevreuse 2014 et Chevreuse Citoyen) pour avoir accepté les votes à main levée, pas de bulletins secrets, pas d’obstructions.

A noter aussi : pour quelques délégations dont l’interco, l’opposition récolte 1 siège, toujours dévolu à Chevreuse 2014 (liste Cattanéo). Ce qui fait dire à Didier Lebrun : « avec 500 voix, la Gauche chevrotine n’a aucun élu à l’intercommunalité alors qu’avec 500 électeurs cumulés, Milon et Dampierre ont 5 conseillers communautaires ». L’absurdité et l’injustice du scrutin majoritaire apparaissent ici de manière flagrante, mais le maire a beau jeu de dire « c’est la Loi ». Tout en rappelant que les représentations des communes dans l’intercommunalité est pour le moins déséquilibrée, trop en faveur des petits villages qui, sans trop d’impôts, profitent des infrastructures de Chevreuse et St-Rémy. Anne Héry Le Pallec démontera, tout au long de la soirée, les inégalités fiscales des communes de la CCHVC. Ce qui fera dire à Sébastien Cattanéo : »Chevreuse c’est Caliméro : c’est trop injuste ! ».

Ventre mou de la soirée, la deuxième partie ronronne sur des détails.

La nomination des maires-adjoints s’est faite le 7 avril par décret du maire (affiché en mairie). Pas vraiment de changements sur ces postes « poids lourds » (Anne Hery Le Pallec en 1ère adjointe aux finances, Bernard Texier aux Travaux, etc), Un point notable : le poids de la question scolaire, avec la nomination d’un maire-adjoint aux affaires scolaires et à la culture (Bruno Garlej), auquel s’ajoute (c’est nouveau) une conseillère déléguée « aux rythmes scolaires » (Laure Arnoult), preuve s’il en est de l’importance donnée aux questions scolaires par l’exécutif local.

conseil,municipal,cattaneo,génot,hery,pallec,,texier,,dallalba,voneuw,godon,bay,arnoud,garlej

Le coût de ce conseil, c’est à dire les indemnités des adjoints, se monte à 106 753 € par an. Didier Lebrun nous sort le service minimum « on doit tous se serrer la ceinture ». Mauvaise pioche : Génot rétorque : « nous avions 8 maires-adjoints, il n’y en plus que 7 ». Cattanéo ronchonne : pourquoi certains adjoints sont plus payés que d’autres ? S’ensuit une défense et illustration de la de la première adjointe, plus dotée que d’autres. 

La troisième partie du Conseil a été consacrée à une obligation légale : la tenue d’un « débat d’orientation budgétaire ». En résumé, le maire pose les bases de la réflexion majoritaire sur « quel budget, dans quel contexte, et pourquoi ? ». L’opposition a un temps de réponse pour expliquer d’une part ce qu’elle aurait préféré, et d’autre part critiquer les choix majoritaires. Tout ceci aboutira fin avril au vote d’un « budget primitif ».

Donc, long, très long « tunnel » de parole à Claude Génot (25 minutes !). Tout le répertoire UMP y passe, hausse de la TVA, rupture dans l’investissement, baisse des dotations de l’Etat vers les collectivités locales, incertitudes quant au devenir des collectivités de communes, et donc annonce d’un « budget de transition pour 2014 », le maire sortant et réélu « n’ayant pas voulu engager des dépenses avant l’élection ». Une position tout à son honneur : on rappellera que la commune voisine, Saint-Rémy-les-Chevreuse, a signé quelques jours avant le scrutin des contrats d’aménagement dont l’annulation éventuelle par le nouveau conseil municipal peut coûter cher à ses habitants en indemnités de rupture. Un bon point pour Claude Génot sur ce coup-là. Petit rappel : la mairie sortante a consacré sur son précédent mandat de 6 ans 15 millions d’euros à l’investissement.

Parole à l’opposition, et en premier Sarah Fauconnier, numéro 2 de la liste Cattanéo. Premier couac : « il y a des augmentations massives de charges de personnel sur la dernière mandature ». Loupé : c’est dû au transfert des personnels du CCAS (centre communal d’action social) à l’effectif communal. Un jeu à somme nulle donc. Plus intéressante, toujours par la voix de Sarah Fauconnier et à suivre dans les prochains mois, la contestation par la liste Chevreuse 2014 (Cattanéo) de la politique d’investissement de la majorité qui peut se résumer à : peu d’emprunt, beaucoup d’apport en fonds propres (la ville est « riche » en trésorerie, on parle de 1,5 millions d’euros de réserve). « Pourquoi ne pas emprunter pour la maison des associations par exemple ? ».Réponse immédiate du maire : « Alors que j’ai l’argent en réserve, vous voudriez que j’emprunte ? Pour constituer une cagnotte ? » ?  Il n’y a pas de réponse directe mais on voit une différence fondamentale entre les deux listes de droite. Pour faire court : la majorité paye un maximum en « cash », mais se démunit de sa réserve financière. Si la cantine brûle (ce qui est arrivé à St-Rémy) il faut emprunter et donc modifier le budget. Toujours compliqué. Si Cattanéo avait été élu, le recours à l’emprunt aurait été sa préférence. Il y a là une véritable confrontation de doctrine budgétaire dont on peut déplorer qu’elle n’ait pas été un enjeu visible de la campagne électorale.

Toujours dans ce débat, une réponse surréaliste du maire à la question de Didier Lebrun « y aura-t-il augmentation du personnel communal ? ». « NON ». Ca a l’air clair et net, mais la suite surprend l’auditoire : « SAUF  dans les services techniques qui sont au taquet – dixit Claude Génot ». Donc il y aura bien augmentation du personnel communal.

Et puis un débat n’étant pas un débat sans dérapage, le moment est venu, à 23 heures, de parler du serpent de mer de la mandature : la Maison des Associations. Là c’est la fête : tout le monde se déchaîne. Intercommunalité, zone inondable, pas de concertation avec les associations, projet « mal ficelé » et réponse directe « comment ça, mal ficelé ? », le public a droit à un show majorité-opposition où l’on apprend que sur les 51 communes qui composent le parc Naturel Régional, seules Choisel et Saint-Forget ont condamné le projet chevrotin, que l’état du projet est à l’état… de projet ! Pour Bernard Texier, maire-adjoint aux travaux, la seule chose acquise est la nomination après concours d’un architecte. Et l’obtention d’un permis de construire… faisant l’objet d’un recours. Et que de surcroît, il va falloir sonder le sol avec les pieux adhoc. On comprend, tard, qu’il va falloir du temps pour voir une pelleteuse s’activer sur le site de la Maison des Associations. On passera charitablement sur le barnum des dites associations, leur besoin de stockage, la ludothèque,…relisez les articles du Blog. On est apparemment parti pour en parler longtemps.

Et à propos d’ « assoce », l’ALC s’invite au conseil municipal. L’Association Loisirs et Culture » demande en effet une avance de 18 000 € sur sa subvention annuelle qui s’élève à 74 000 €. L’opposant Cattanéo est charitable mais curieux : « nous sommes fin mars, si c’est un besoin de trésorerie c’est tout naturel. Mais… c’est conjoncturel ou structurel ce problème de trésorerie ? »

Remous dans le prétoire (la salle du Conseil est l’ancien tribunal de Chevreuse), échanges de regards gênés, la réunion est publique, le maire s’avance enfin : « l’ALC crée des ateliers non rentables, ils embauchent beaucoup, c’est compliqué mais je pense que c’est un problème structurel, on verra plus clair en conseil d’administration ». La résolution est votée, les 18 000 € débloqués, mais avis de coup de vent sur l’ALC ?

Retour à la Maison des Associations : comment la financer ? Là c’est intéressant et ça réveille tout le monde. « Fonds propres »  dit le maire, on avait compris. Fonds propres auxquels devraient s’ajouter subventions départementales et régionales (la mairie n’a pas acté la fin de la « clause de compétence générale » annoncée par le nouveau Premier Ministre, le Blog y reviendra). Et, pour boucler le budget,  vente d’un terrain route de Choisel (y’a un promoteur-lotisseur intéressé déjà ?) et du 10 rue Leclerc, où il est question de créer 6 logements « sociaux ». Fin du sketch. Et…

… et un peu de réalisme fiscal après les élections : la CFE. La fameuse Contribution Foncière des Entreprises qui a brisé pas mal d’énergies à Chevreuse : miracle ! Elle baisse ! Ben oui, la Ville renonce à 90 000 € de recettes CFE en baissant de 70% la CFE qui concerne pas moins de 250 artisans (électeurs), commerçants (électeurs), professions libérales (électeurs), et tous autres (électeurs aussi).

Fin du Conseil : le maire : « Le débat d'orientation budgétaire a été fait dans les règles de l'art. ». De l’art peut-être, dans la délicatesse et la compréhension des antagonismes non. La campagne continue. A Chevreuse, on préfère Attila à Madame de Maintenon mais n’anticipons pas.

Bonnes vacances à tous !

 

.         Yves, pour Le Blog de Chevreuse

 

 

02/04/2014

Reliefs d’un buffet de campagne

 

Sacré Didier Lebrun ! Et honneur au soldat (perdu) Laroche.

Il est « sport » le candidat de la gauche chevrotine, arrivé 3ème et dernier de la compétition à l’élection municipale. Taquin aussi : sur le site de sa liste, outre publier les (maigres) comptes de sa campagne électorale (le seul à le faire notons-le), il « remercie » le challenger de droite du maire en ces termes :

« En premier, je dois remercier Mr Cattanéo, car s’il ne s’était pas répandu dans les rues  en clamant qu’il n’y avait plus de gauche à Chevreuse, peut- être n’aurais-je  pas créé ce site et mené cette liste. Obtenir 19 % dans les circonstances politiques actuelles, en plus à Chevreuse, ce n’est pas une mince performance et tous les colistiers de Chevreuse Citoyen  peuvent être fiers de ce résultat. »

Le lecteur en pense ce qu’il veut, mais c’est rafraîchissant un peu d’humour de ce candidat défait en cet avis de tempête qui s’annonce sur la vallée avec toutes ces assemblées intercommunales où il ne sera question, bien sûr, que de l’intérêt général, loin des intérêts catégoriels, partisans, personnels,… là je m’arrête. Je vois les lecteurs en train de rigoler. Quel métier. Chef , l’abstention c’était combien déjà ?

Bon, un Chef vous manque et tout le Blog est dépeuplé. Je fais quoi maintenant ? Un stagiaire sans Chef c’est comme la vallée sans l’ONF, Cattanéo sans Génot, Agathe sans Bavoil, Jacques Pelletier sans le SIVOM (bon là j’anticipe mais c’est normal) : Chef, revenez !

lebrun,cattaneo,genot,agathe,pelletier,anne,googoo

Ah, dimanche soir à la Mairie j’ai rencontré le soldat Laroche. Il rigolait lui aussi : « des gens qui ne me connaissent pas me disent bonjour sur le trottoir. C’est vous le Blog ? ».

Non ce n’est pas moi le Blog. C’était une chouette équipe où on a eu l’impression d’être nombreux. Avec vous.

Alors que fait-on maintenant ? On vous renseigne sur les enjeux des rythmes scolaires de la rentrée prochaine (je sais c’est pas sexy Chef, mais ça intéresse un bon nombre de familles), le SIVOM et les « champs de patates » des années 70 ? Ou un making-off de la campagne en ouvrant les archives du Blog (gentiment comme on a su le faire), je sais, André dit que c’est nombriliste mais pourquoi serions-nous les seuls à rigoler : ça a été un sacré mois de mars 2014 ! Et vous avez vu le soleil et la température ? On ne change pas un climat qui gagne. Au fait, y’a du soleil demain ? Il y a un demain ? Chef ?

.         Yves, 2 avril 2014