Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2018

Belle récolte de prunes pendant les travaux

_______________________________________________

Un message des riverains de la ruelle des Larris
_______________________________________________

 

Tout habitant des environs a pu remarquer que la ville de Chevreuse réalise de gros travaux de réfection de chaussée depuis des mois. Une réunion d’information –très écourtée- s’est tenue début juillet ; lors de cette session, Mme le Maire s’est rapidement absentée pour d'autres obligations, et les questions des riverains pas abordées. Notons que le chef des travaux ne connaissait pas le plan du quartier…

Depuis, les travaux se réalisent, et les accès aux domiciles Rue de Versailles et ruelles attenantes sont bloqués :

·         Les barrières rendent impossible ces accès  depuis des semaines. L’accès des véhicules des riverains vers leurs parkings privés est donc impossible, et ce 24h/24, contrairement à l’engagement de la Mairie en Juillet dernier  (voir détails sur le site internet)

travaux,centre,engagement,mairie,verbalisation,prune,lettre,député,barrot,hery,ruelle,larris,police

·         Les véhicules des riverains doivent stationner sur les –quelques- places encore disponibles, tout le quartier étant affecté.


·         Ces places sont soumises à paiement (horodateur) de 9h à 19h. On nous dit 'stationnez à la marre au canards', à 500m, très pratique dans la vie quotidienne !

La police municipale verbalise ces véhicules à tout-va malgré les engagements de la Mairie pour une tolérance qui, apparemment, n’a pas été comprise de ce personnel zélé. Une solution évoquée de macaron dédié aux riverains n’a pas été mise en place. On a même vu des véhicules avec badge handicapé se faire verbaliser !

Les riverains contestent formellement les amendes délivrées par la Police Municipale de Chevreuse, par courrier au Député et à la Mairie (ClicClic pour lire la lettre).
  Étant déjà pénalisés du non-accès à nos maisons depuis des semaines (point sur lequel on nous a 'enfumés') nous refusons de payer ce qui en l’espèce constitue une double peine.

 

 

21/12/2008

Faut il sanctuariser les lieux remarquables de Chevreuse?

Quelle effervescence dans le Centre Ville!

La circulation pourtant de plus en plus dense n'arrive même plus à étouffer les cris des Chevrotins concernés. L'origine est la demande d'un permis de construire pour créer deux places de parking sur l'arrière d'un terrain de la rue de Versailles.

PICT0746.JPGTrès bien me direz vous. Enfin des Chevrotins qui assument leur véhicule et qui ne nous l'imposeront plus sur les places du centre ville, des Chevrotins qui n'attendent pas que la Ville règle leur problème de stationnement. On va même peut être pouvoir rendre notre centre ville entièrement piétonnier. C'était aussi ma première impression.

Oui, mais l'arrière de ce jardin donne ruelle des Larris, et l'on touche au centre historique de Chevreuse. Une visite in situ permet de réaliser la forte déclivité de ces jardins, organisés en terrasses successives, et le préjudice visuel d'une plate-forme de stationnement pour le site et pour le voisinage.

L'accès à ce parking donnerait sur ce joli tertre qui offre une vue magnifique sur le coeur de Chevreuse, tertre où les randonneurs et les chevrotins durant leur ballade dominicale ne manquent pas de s'arrêter. L'occasion aussi de marquer une pause à l'ombre des tilleuls avant l'ascension vers le château. " Pourquoi Chevreuse n'a t'elle pas de PLU, il faut un PLU pour Chevreuse, et cette place doit y être inscrite et protégée" clame haut et fort Mme Lalande une riveraine déterminée qui ne décolère pas. Et elle renchérit en disant que "si le projet se fait, rien n'empêchera les voisins d'en faire autant, que les tilleuls et l'espace vert seront alors condamnés, et la vue sur Chevreuse fermée".

Et elle a raison, elle a même informé l'architecte du Parc qui ne comprend toujours pas comment son collègue des Bâtiments de France ait pu donner son accord pour un tel projet.

Aujourd'hui, une demande d'annulation du permis de construire par les riverains est en cours, soutenue par les associations "Le Tilleul Argenté" et l'APESC

"Le plateau du Larris était le 'vieil marché au blé' et servait donc d'appoint ou de remplacement au marché au blé en ville" nous apprend Daniel Baltzinger, président de l'APESC .

Alors je suis retourné sur ce lieu, où je m'étais si souvent arrêté jadis pour regarder la vue sur les toits de Chevreuse. L'endroit était tel qu'il y a dix ans avec ces petits chemins qui partent de partout et permettent de rejoindre le centre ville en 3 endroits, la sente des remparts et le Château... Un lieu magique qui permet de prendre des repères temporels.

PICT0744.JPGAlors, nous donnons aujourd'hui une nouvelle image à la place de l'église, nous repensons le prieuré, réaménageons les rues avoisinantes, en enlevant ou en modifiant un peu plus à chaque fois le charme de Chevreuse. Demain, nous devrons remodeler l'ensemble de notre centre ville, réaménager entièrement le plan de la circulation, revoir la politique suicidaire du stationnement non accueillant actuellement en vigueur, redonner leur place aux piétons, mettre en valeur ce qui reste du cachet de Chevreuse. Et nous devrons le faire parce qu'il n'est pas trop tard et qu'il en va de la survie du village et de ses commerces. Mais dans chacune de ces opérations, nous modifierons irrémédiablement le charme de notre village ou du moins l'image que nous en avons.

Alors, pourquoi ne pas sanctuariser au plus vite un lieu aussi remarquable que le tertre de la ruelle des Larris. Pourquoi ne pas fermer la ruelle aux non riverains empêchant ainsi à quelques chevrotins peu scrupuleux d'y stationner pour échapper au stationnement payant, pourquoi ne pas installer quelques bancs pour aider à la pause et à la flânerie.

Ainsi, nos descendants continueront à jouir de ce panorama exceptionnel sur le village et pourront apprécier le charme passé de Chevreuse.

.                                                         Laurent BUGEAT