Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2018

Débilité, mobilité !!!

 

Me voilà de retour sur le Blog pour une nouvelle saison 2018 ! Comme je suis heureux et excité, comme ça me fait plaisir de venir titiller les yeux et les méninges des lecteurs LBDC et de les réveiller un peu !!! Ah ces nantis de la vallée, ses écolos en Volvo, ses bobos à vélo et ses patrons en 2CV, cette belle région avec ses autocars chinois électriques fabriqués à 10 000 km mais qui n’offrent que 200 km d’autonomie réelle, ses Zoé en location dont personne ne veut, sa piste cyclable éclairée avec des têtes de Dark Vador et des arceaux hideux et boiteux, ses élus qui barricadent leurs routes communales ou qui voudraient bétonner la forêt… 

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulayIl y a maintenant quelques semaines, une réunion publique dans le beau château de Buc, réunissait autour du député Barrot quelques personnes et personnalités non alitées puisqu’il s’agissait de discuter mobilité ! Ce qui est drôle c’est que je suis moi-même un grand expert en mobilité, ça fait environ 5 ans que je n’ai pas mis les pieds dans le RER ou le métro, 12 ans depuis mon dernier vol en avion, 20 ans que je ne suis pas monté dans un bus mais j’avoue faire presque 5 000 km par an dans un vilain véhicule diesel et parfois un peu de vélo !!! Mon trajet professionnel quotidien consiste à aller de mon lit à mon bureau, soit une distance de 4 à 5 mètres environ que je parcours évidemment à pied et les seuls bouchons à éviter seraient de liège ou de plastique J En même temps, j’ai un très bon bilan carbone !!!

N’empêche j’ai un avis, un avis sur tout et surtout un avis comme me disait un soutien de Bergé à l’époque des élections municipales de 2014 (oh ça recommence bientôt ça aussi et ça m’excite encore plus !!!) dans un commentaire d’article du JDD… mais par mégarde je m’égare de mes gares !

J’ai connu le RER B du temps où l’on parlait de la ligne de Sceaux, avec ses vieux trains d’avant la 2ème guerre mondiale, ses strapontins et ses banquettes en cuir, ses débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulaynombreux passages à niveau, une première et une seconde classe, j’ai connu la gare de Saint Rémy avec un petit parking et un grand garage à vélo couvert là où se trouvent les arrêts de bus, j’ai connu l’ancien collège de Chevreuse avant la piste cyclable et son entrée par la rue Charles Michels, ah j’ai connu aussi la route du Manet ou le CV7 à l’époque où on pouvait rejoindre Trappes ou SQY sans faire ce détour par Voisins-le-Bretonneux… enfin je connais un charmant chemin en pente douce, pour que les asthmatiques puissent arriver sur le plateau en vélo sans mettre pied à terre et c’est pour moi le seul trajet qui m’apporte cette satisfaction !

Allez, c’est parti pour quelques coups de gueule et tous les nouveaux amis que j’espère me faire !!!

RER B / Projet gare et enquête publique

Le type qui a décidé un jour de mettre des sens interdits devant la gare de Saint Rémy les Chevreuse est un abruti, tous ceux qui l’ont encouragé ou soutenu sont des abrutis et tous ceux qui aujourd’hui ne font rien pour changer cette situation sont des abrutis et si j’osais je dirais même que les gendarmes qui franchissent eux-mêmes le sens interdit pour se garer tranquillement devant la gare et sermonner ensuite les autres conducteurs sont des abrutis mais non, ça serait un outrage et je préfère ne pas dépasser cette limite…

En tout cas, la base d’un système de transport c’est l’intermodalité, la possibilité de passer de son vélo à son bus, de sa voiture à son RER, de ses skis au téléphérique. La zone de dépose au niveau du parking adjacent est totalement ridicule et inadaptée, alors même que l’esplanade de la gare offre depuis toujours un espace suffisant et de facto tout le monde continue à s’en servir ! De grâce ; sortons de ces hypocrites bêtises et retirons les sens interdits !

Sur le fameux projet de la RATP, j’ai beau ne pas être un expert des logistiques et de l’optimisation des rames, de leur stockage, je ne trouve pas absurde l’idée de faire dormir quelques trains en plus au niveau du terminus, alors bon je comprends que tout Saint-Rémy soit vent debout contre ce projet, les travaux, les nuisances, le bruit, les vibrations, etc. mais franchement quand on regarde les empreintes et la superficie des gares de Massy-Palaiseau et de Saint-Rémy-Lès-Chevreuse  (encadré rouge dans sur la carte ci-dessous) il me semble quand même que nous pouvons prendre 4 voies de garage de plus. Avoir un terminus et une gare ce n’est pas juste un privilège, ça implique quelques efforts et concessions pour l’intérêt général et le partage des contraintes.

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulay

 

Pour les parkings, je me sens encore bien seul mais là encore si on veut être cohérent et promouvoir les transports en commun il faut évidemment suréquiper les terminus du réseau ferré en parkings et en zones de stationnement et si on veut préserver l’environnement, on paye et on construit en souterrain (exactement comme la ligne 18 d’ailleurs) ; on pourrait très bien avoir un grand parking souterrain avec 2 ou 3 niveaux, aux abords de la gare de Saint-Rémy avec un accès direct, un beau parking Vinci bien éclairé, coloré, parfumé et bien sûr payant !!! En revanche les idées un peu loufoques de M. Dufrasnes, ce candidat en Marche mais arrêté par 22 misérables petites voix dans sa conquête de la mairie, qui confond la gare de Saint-Rémy avec le Mont-Saint-Michel et imagine des parkings déportés et des liaisons écolos pour rejoindre la gare, j’ai beaucoup de mal à adhérer…

Petite parenthèse « optimisation » ; normalement les parkings sont normés, on connait la taille des voitures, les statistiques, ce qu’il faut pour faire un créneau et donc pour optimiser les places et malgré ça on trouve des aberrations comme ici à Montigny devant l’université :

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulay

Au lieu de 7 places je suis sûr qu’on pourrait avoir 9 ou 10 voitures avec juste quelques coups de peinture mieux posés et ça aussi, ça m’énerve !!!

Ouvrez le CV7 !!!

Autre source de grand agacement, ces maires qui décident sur des enjeux ou des intérêts très locaux – parfois aussi très privés - de fermer des voies de circulation d’intérêt général et malgré leur importance ou l’impact que ça peut avoir sur les communes voisines et leurs habitants. Typiquement cette route dite du Manet et qui permet de rejoindre l’ouest de SQY, Trappes ou la N10. Pour le confort et la sécurité d’un centre UCPA et d’un collège catholique, on contraint depuis près de 20 ans des centaines de véhicules à faire un large détour par Voisins-le-Bretonneux ; combien de kilomètres, combien d’heures, combien de tonnes équivalent carbone tout ceci représente ?!? Mais quel gâchis humain et environnemental ! C’est un dossier qui empoisonne le quotidien de centaines de magnycois et habitant du sud qui se rendent, souvent quotidiennement, dans le nord et à l’heure où l’on parle de dépenser des centaines de millions d’euros pour des infrastructures nouvelles, on ferait peut être mieux de commencer par utiliser les routes existantes !

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulay

Dans le même genre en fond de vallée, pendant que l’Ange de Milon vole sur les flots, le petit démon (dont je reparle très bientôt) continue à chicaner et à restreindre une route que le tribunal administratif lui a pourtant interdit de fermer (depuis 2011). Peu importe, on bluffe et on laisse des panneaux à l’entrée. C’est comme les sens interdits ; pourquoi une telle tolérance envers  une signalétique mensongère et abusive ?!? Que fait la police ? Que fait le préfet ???

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulay

J’en profite aussi pour saluer l’incroyable expérimentation débilissime, sur la commune de Voisins, qui a consisté à supprimer un des rares endroits avec des feux de circulations synchronisés et intelligents (le petit bout de D36 quand on part vers l’est – en rose sur la carte ci-dessus) pour remplacer un tourne-à-gauche qui marchait très bien au profit d’un giratoire aussi ridicule que dangereux :-( Il y aurait là aussi beaucoup à dire sur ces feux rouges, les fixes ou les temporaires, leur réglage, leur coordination ou encore sur l’utilisation de voies à double-sens comme on en trouve dans les pays civilisés… et je glisse par ailleurs une petite mention à la commune de Chevreuse qui a réussi à raté son rond-point quand même !

Grand Paris Express / Saclay et ligne 18

Sujet principal de la réunion à Buc avec les opposants complets, ceux qui ne veulent rien, ceux qui veulent plus de gares, ceux qui veulent enterrer un métro classique, ceux qui voudraient suspendre un métro futuriste, une chose est sûr ; cette ligne ne fera jamais l’unanimité et ce qui est beaucoup moins sûr à l’heure actuelle c’est la date à laquelle elle sera terminée ; au mieux en 2024, au pire vers 2030 ou le contraire, ou jamais… En attendant, il me semble quand même que là encore nous avons des infrastructures existantes ; Orlyval et RER B, en partant de Orly c’est 6 mn pour rejoindre Antony puis 15 mn pour Orsay ; faut-il vraiment toute une ligne nouvelle ? Un téléphérique ou une bifurcation du RER B pour passer de la vallée au plateau ne seraient-ils pas à la fois plus adaptés et moins onéreux, et bien sûr plus rapide à réaliser ? Et pourquoi pas un tramway entre Saclay et SQY ?

Je suis également très dubitatif sur les aménagements du plateau et les « sites propres »… à mon avis, le bus dans sa forme actuelle est un moyen de transport condamné à moyen terme, l’avenir sera sans doute plus flexible, plus connecté dans la veine des Uber ou des Blablacar et de nouveaux transports autonomes, modulaires, sur demande pourraient arriver très vite… mais peu importe, le bitume est là et son usage pourra évoluer !

SIAVHY, CCHVC, PNRHVC et C° / Folie douce

On le sait, la France est malade de ses subdivisions, de ses syndicats multiples, de ses collectivités qui se chamaillent les compétences, de ses colonnes prolifiques dans l’avis de taxe foncière. Evidemment qu’il faudrait trancher dans le lard, supprimer les départements et les intercos pour fusionner à grande échelle les communes par exemple. Je ne vais pas détailler les bagarres, les amendements, la guéguerre locale pour la compétence GEMAPI par exemple, mais juste évoquer deux projets dits « liaison douce » qui m’énervent !

J’ai lu et découvert le premier dans la tribune libre de l’opposition locale, un texte affligeant et très à droite dans l’ensemble (on avait tous oublié ce pauvre général De Villiers) mais sur cette histoire de liaison douce, je suis d’accord avec notre petit Sébastien contre le petit Pelletier dont on se souvient quand même de l’intervention et de l’ingérence bien lourdes et maladroites dans les élections municipales de Chevreuse, la veille du scrutin, à ressortir un contentieux SIVOM… Heureusement, le seigneur de Milon a été plus avisé pour les récentes élections à Saint-Rémy-lès-Chevreuse et on voit qu’il était de la fête le soir des résultats, aux côtés d’autres figures de la droite saint-rémoise… mais on me dit que ça se passe plutôt bien entre avec la nouvelle municipalité et la population !

débilité,mobilité,milon,ange,pelletier,cv7,zoe,savac,bavoil,siahvy,sivom,ratp,projet,gare,liaison douce,boulay

Le projet c’est un coûteux aménagement de l’ancienne voie ferrée, le chemin à travers la forêt qui va de la gare de Saint-Rémy-Lès-Chevreuse à Boullay-Les-Troux, sur environ 4,5 km ; je rappelle les chiffres à retenir ; 5 voix pour, 3 contre et 18 abstentions ou non exprimés pour un coût prévu de 843 k€. Mais pourquoi ??? Ce que j’aime dans cette promenade c’est qu’on se trouve dans la nature, on peut y aller à pied, en VTT ou avec une poussette à grosses roues et si on doit évidemment entretenir, boucher quelques flaques et tailler quelques arbres, de grâce laissez-nous marcher ou rouler sur la terre et cette belle balade en pente douce, entouré de végétaux et de minéraux, sans granulats ni plexiglas, quand on sort du RER ou quand on veut rejoindre le plateau…

Le second est une étude du SIAVHY qui traine depuis pas mal d’années. Ce syndicat supposé gérer les rivières et en particulier l’Yvette, construire des bassins pour jouer ensuite avec les vannes téléguidées et envoyer des alertes dès que ça monte un peu (faute d’avoir bien communiqué en mai / juin 2016 quand ça débordait de partout…), sans que l’on sache trop pourquoi, a imaginé une nouvelle liaison douce le long de la rivière, entre le centre de Saint-Rémy et Chevreuse. Racheter une bande de terre aux différents propriétaires, faire des aménagements, dépenser là encore quelques centaines de milliers d’euros pour la « renaturation » de berges qui sont actuellement complètement naturelles et sauvages et priver nos vaches laitières de leur promenade au bord de l’eau, lâcher les clébards sur les canards, angoisser les parents à l’idée que le tricycle du petit ne fasse plouf… Tout ça pour une piste cyclable à quelques centaines de mètres et parallèle à la piste existante, bitumée et éclairée !!!

Ces deux liaisons douces me semblent aussi absurdes l’une que l’autre, en revanche le projet qui mérite vraiment d’être réalisé c’est une nouvelle piste cyclable entre le Rhodon (haut et bas) pour rejoindre au niveau de la ferme de Coubertin la piste actuelle, en particulier pour rejoindre le collège…

Nous attendons également le bilan de l’éco-mobilité ; cet autre projet absurde de la CCHVC qui mélange une location lourdingue et anachronique de véhicules électriques (Zoé) avec des stations de recharges éparpillées pour la plupart au milieu de nulle part. Il va falloir rendre des comptes ; publier le nombre de kilomètres, de kwH et le bilan économique de tout ça mais tout laisse à penser que c’est une catastrophe…

J’ai entendu que M. Pelletier venait de démissionner de sa présidence à la CCHVC (la Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse) ; fausse joie, c’est en réalité pour mieux se faire réélire avec de nouveaux vice-présidents mais peut-être que c’est l’occasion pour la Communauté d’ouvrir les yeux sur ce président qui a surtout, année après année, de bien mauvaises idées et repartir du bon pied sur autre chose ? Dans deux ans, nous retournons aux urnes pour les municipales mais l’expression citoyenne ne doit pas se limiter à voter tous les 6 ans, c’est à nous tous de suivre les dossiers, de réfléchir et de participer, d’agir et de ne pas simplement laisser faire nos élus, parfois bien inspirés mais capables aussi d’une bonne dose de débilité !!!

 

. André, libre et énervé

 

 

10/05/2017

Que d'Eau, que d'Eau!

 

uapnr,chevreuse,siahvy,parc,naturel,smager,conférence,débat,coubertin,inondation

10/08/2016

La Renouée de Chevreuse

Comme beaucoup de lecteurs du blog, j’ai la chance d’habiter Chevreuse et le Parc Naturel et de vivre dans ce cadre verdoyant et bucolique, au calme (en dehors des soirs de foot France/Portugal) et entre une chèvre et une vache (non je ne suis pas marié). Comme certain, j’ai en plus la chance de vivre au bord de l’Yvette et de connaître les émotions fortes les jours de crues (« Qui l’eut cru c’est le père Lustucru qui a bu l’eau du ru ???») et de profiter d’une végétation généreuse.

Ainsi, depuis 15 ans environ se développe derrière chez moi un gros massif d’une plante qui forme de très hautes et denses tiges qui restent ensuite tout l’hiver. Au fil des années un mélange de générations entre le vert et le beige me grignote ma vue sur les champs et le paysage. Il y a dix ans environ nous avons commencé à arracher quelques tiges avec ma nièce, on appelait ça les « bambous » et nous les avons jetées dans les sacs végétaux du SIOM, sans trop se poser de questions. Ce n’est que cette année que mes voisins m’ont appris le nom de la bestiole : la renouée du Japon !!! Une plante très méchante, invasive, avec des rhizomes toxiques, des larges feuilles qui étouffent tout, une croissance ultra rapide qui détruit toute la biodiversité autour… en un mot : la vilaine ! Avec une amie nous avons donc entrepris au printemps l’arrachage d’un massif assez conséquent, environ 100 m² d’une densité variable accumulée depuis plusieurs années. Beaucoup de tiges sèches auraient pu être brûlées mais… les feux sont interdits. Résultat, avec une cinquantaine de sacs végétaux, j’ai commencé à m’intéresser au problème, à faire des recherches sur internet et passer quelques coups de téléphone ; mairie, parc naturel, SIAVHY, SIOM… et c’est là que je vais commencer à fouetter un peu avec mes tiges car en résumé tout le monde (ou presque) connaît le problème mais personne ne fait grand-chose !!! Cependant, pour être honnête, c’est pour des motivations totalement égoïstes, pratiques et esthétiques que je me suis attaqué à la renouée dont j’ignorais moi-même il y a encore quelques mois et le nom et l’existence…

Concrètement la renouée à Chevreuse c’est un énorme massif derrière le parking en bas de Saint-Lubin, et beaucoup de petits massifs qui se développent le long de l’Yvette et du canal ou le long de la Goutte d’Or au niveau du rond-point raté par exemple. Sur le parking du pont Blonnier, qui vient de faire l’objet d’une coupe (adaptée aux contraintes renouée ?) et qui est un lieu de passage important, il faut surtout éviter que les gosses ne jouent avec les tiges et que les véhiculent n’emportent des débris car il suffit d’un fragment pour que la plante s’installe quelque part !
renouée,yvette,jev,médiéval,pnr,sivoa,siom,siahvy,blonnier,veolia

Conseils pratiques pour lutter contre la renouée
Vous trouverez de nombreuses ressources et conseils pratiques sur le site du syndicat de l’Orge (confluent de l’Yvette et affluent de la Seine) (bien plus que sur le site du SIAVHY !!!) et notamment des consignes pour les professionnels :
http://syndicatdelorge.fr/valoriser-ecologiquement-la-val...
http://syndicatdelorge.fr/images/entretenir/renoueevallee...
http://syndicatdelorge.fr/images/entretenir/Renou%C3%A9e_...

En résumé, c’est une plante dont on ne se débarrasse pas mais dont un arrachage manuel et régulier avec incinération contribue à limiter la propagation. Il ne faut pas utiliser le « rotofil » qui disperse les débris et favorise la propagation par bouturage… Il ne faut pas non plus mettre les déchets dans les sacs destinés au compostage mais dans les ordures ménagères pour incinération. De toute façon, les racines sont tellement profondes et denses qu’une éradication totale est presque impossible... L’année 2016 sera évidemment un grand cru (humour toujours) pour la renouée ; déchirée, charriée et déposée dans de nombreux nouveaux sites et territoires, elle va pouvoir pousser et s’étendre encore davantage. Soyons clairs ; il n’y a rien à faire, aucune solution à court terme mais grâce à la science, aux biotechnologies et/ou à la génétique on finira bien par trouver un insecte mutant ou par créer une maladie pour en venir à bout… peut-être un phytosanitaire soft et utilisable près des rivières (rappelons que c’est évidemment interdit ; pas de Roundup sur les berges !!!).

Coup de gueule contre les professionnels et les entreprises de jardinage…
C’est probablement à cause de travaux de renforcement des berges et au déplacement de terres « contaminées », réalisés à l’époque par Paris Tropic que la renouée a franchi l’Yvette et est venue contaminer la berge qui est derrière chez moi mais depuis qu’elle se développe, plusieurs années, je suis passablement remonté contre l’entreprise JEV qui s’occupe de l’entretien de nos berges.
1er reproche ; l’absence d’information, en tant que professionnel supposé connaître ces questions, ce prestataire aurait dû prévenir ses clients de la présence de cette plante et ce d’autant plus que de gros travaux de stabilisation des berges par des procédés de végétalisation ont été réalisés récemment.
2ème reproche ; le personnel n’est pas correctement formé ou encadré. 3 employés n’ont pas été capable de reconnaître la plante, l’un deux ignorait même son nom. Suite à une réunion la consigne a été donnée de ne plus toucher aux renouées mais au moment du fauchage annuel (à coup de rotofil évidemment) le chef d’équipe n’avait visiblement pas signalé les zones à son employé non formé…
3ème reproche ; le manque de communication et de concertation. Lorsque j’ai alerté le conseil syndical j’avais demandé une chose ; être prévenu du fauchage pour aller arracher mes pousses avant mais le mercredi 13 juillet, j’ai intercepté au dernier moment un employé bougon et au courant de rien. Au niveau de la résidence on me dit qu’eux-mêmes ne sont pas prévenus des dates et des heures de passage alors M. Montégut (vous étiez en copie de mon mail) je vous renouvèle cette simple demande : prévenez-nous de vos interventions ! Et ça vaut également pour les parkings afin de déplacer les voitures…

Les institutionnels
Globalement, les syndicats (SIAVHY / SIOM) et organisations diverses (mairie, Parc Naturel) sont tous dans une même logique ; on connait le problème, on en parle, on communique mais concrètement il n’y aucune véritable volonté ni moyens ! Par exemple, le PNRHVC (Parc Naturel Régional de la Haute Vallée de Chevreuse) édite un guide des « Plantes Exotiques Envahissantes » et a même fait preuve de modernité en utilisant Google Earth pour un inventaire participative.
 http://www.parc-naturel-chevreuse.fr/sites/default/files/...
Noble intention à condition de porter un tel projet dans la durée et d’y consacrer des moyens, en l’occurrence ce fichier n’a pas été mis à jour depuis août 2011, c’est-à-dire 5 ans… et au final on se demande bien à quoi il sert et quand on demande quels moyens concrets, des bras, un camion, un espace de stockage ??? Il n’y a rien. Même pas de retour de la personne soi-disant spécialisée dont on m’avait donné le nom et que j’avais mise en copie de mes mails…

Du côté du SIOM, là encore de gros problèmes de formation ; une interlocutrice au téléphone m’a dit de mettre tout ça dans les sacs végétaux et m’a expliqué que la montée en température du compost détruisait toutes les plantes et leur capacité à se reproduire, ce qui dans le cas de la renouée est unanimement contredit un peu partout. Du coup je me demande bien qui fabrique ce compost et où il est utilisé… Par ailleurs, un petit message pour les gars de VEOLIA : ça serait sympa de ramasser mes sacs poubelles de renouée même quand ça ne tient pas dans le container et que je les pose à côté ! Là aussi un peu de formation serait sans doute utile…

Je ne vais pas accabler le SIAVHY qui s’est déjà bien fait remarquer par sa brillante gestion et communication de crise pendant les inondations mais en gros il est sur la même ligne (on connait mais on fait rien) malgré quelques projets et chantiers d’envergure prévus (notamment le parking de Saint-Lubin) et par rapport au SIVOA qui gère l’Orge, le site web est quand même dramatiquement désert et vide sur la question des plantes invasives.

Au niveau de la mairie, je tiens quand même à remercier les services techniques qui m’ont débarrassé de mes nombreux sacs, à titre exceptionnel, et à souligner que Le Médiéval du mois de juin/juillet/aout a consacré une pleine page à cette plante. Malheureusement nous avons eu droit à des photos très génériques et quelques consignes décalées (creuser la terre et la mettre dans les sacs poubelle ???) et mal ciblées. L’article a malgré tout le mérite d’exister mais il passe à côté de l’essentiel, à mon sens.

Approche locale et pragmatique
De mon côté je continue à arracher régulièrement des renouées derrière chez moi et nous avons convenu au sein de la résidence de mettre en place un arrachage citoyen et mensuel ; tous les derniers dimanches du mois nous nous retrouverons en période de pousse (avril à septembre je pense mais l’expérience nous le dira). Je suis très content et très fier de la mobilisation des riverains pour ce premier dimanche d’arrachage organisé le 24 juillet ; nous nous sommes retrouvés à une petite dizaine avec gants et sacs pour traiter plusieurs implantations de renouée et c’est sans doute quelque chose à étendre et à généraliser ; ces solutions locales et ponctuelles à base d’huile de coude sont sans doute la meilleure réponse, surtout sur des jeunes et petits massifs et avant qu’ils ne deviennent incontrôlables !

La communication et la sensibilisation sont importants car trop de gens ignorent l’existence du problème, savoir que cette plante existe, la connaître et la reconnaître vont dans le bon sens mais si on veut vraiment la contenir il faut un vrai projet, de la coordination et des moyens par la puissance publique et là, nous en sommes très loin. Au travers de mon expérience anecdotique, je souhaite surtout ouvrir une réflexion sur la façon dont un problème complexe mais non critique de ce type, sans enjeux économiques directs, à l’échelle d’un grand territoire, est pris en charge par un ensemble d’acteurs disparates, collectivités, organismes publics, professionnels, particuliers,  et pas vraiment coordonnés. Il faut de la volonté et sans doute une autorité pilote avec des moyens… J’ai des idées en vrac qui me viennent sur la formation professionnelle, l’affichage sur les zones (une pancarte en bas de Saint-Lubin avec « Plante invasive – Ne pas couper ou déplacer »), des dérogations en matière de feu pour incinérer les renouées (les vieilles tiges brûlent très bien), un ou des espaces de stockage adaptés que les communes pourraient organiser et gérer, voir même des mesures plus autoritaires (des amendes ou des sanctions pour rotofilage de renouée par les professionnels par exemple ?!?) et je vous invite à utiliser les commentaires du blog pour lancer vous aussi des idées et suggestions !

En effet, je reste un peu perplexe sur le sens, notamment écologique, que ça peut avoir d’arracher régulièrement une plante à forte croissance pour remplir ainsi des sacs poubelles et alimenter des incinérateurs… Il y a peut-être mieux à faire ? Une valorisation énergétique en biomasse ? L’utilisation comme fourrage ? On pourrait demander aux fermiers et aux éleveurs du coin ce qu’ils en pensent… En fait, ce qui serait vraiment bien je crois ça serait qu’un responsable politique local organise une réunion à la rentrée avec l’ensemble des acteurs énumérés dans cet article !
Je vous souhaite de bonnes vacances et vous laisse sur cette ultime remarque ;  les plus belles choses à renouer c’est quand même les liens humains !

 

.          André pour Le Blog de Chevreuse

.    A la Saint Lolo, c'est la fête du lourdeau

 

 

 

27/06/2016

Si a V HY moins d'eau...

 

 

L'explication du SIAHVY sur les inondations de fin mai début juin

siahvy,lettre,commune,inondation,chevreuse,saint remy
ClicClic pour lire la lettre du SIAHVY

 

  

Le Blog de Chevreuse -  Saint Fernand

Trop d'eau , trop d'eau , pas bon pour le pastis et le SiaVHY