Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2017

Le Golf de Chevreuse

Surprise de taille au conseil municipal exceptionnel d'hier soir 31 mars où comment le vieux dossier du Golf est soudainement réapparu et voté en vitesse et en catimini. Le conseil s'est tenu à 20 heures. Peu de public, l'annonce ayant été faite urgemment pour pouvoir caler ce conseil avant les vacances scolaires de Pâques.

Un seul point à l'ordre du jour: "Régularisation du permis de construire de la Maison des Associations". Claude Génot,  légèrement mal à l'aise, a commencé à expliquer que la Préfecture lui demandait une pièce manquante dans l'instruction du permis de construire de la Maison des Associations. Alors qu'il se détendait au fil des explications, on apprenait que c'est la police des eaux qui avait remarqué qu'il manquait son autorisation au dossier, et qu'étant donné la surface de la Maison des Associations, la commune était dans l'obligation de compenser le volume d'eau pris sur la zone de crues, conformément à la rubrique 3.2.2.0 de la loi sur l'Eau relative aux installations, ouvrages, remblais dans le lit majeur d'un cours d'eau. Claude Génot distribue un plan des zones humides de Chevreuse (ClicClic pour lire) et explique que l'on ne peut pas construire n'importe quoi dans le cours d'une rivière en me regardant gravement. Surement voulait il régler ses comptes pour le zouave.

Les volumes sont énormes et il ne suffit pas comme le propose alors Mr Cattanéo calculette à la main d'enterrer de 2 ou 3 mètres le terrain de football synthétique obligeant Mr Godon à reprendre un nouveau chewing-gum avant d'avoir fini de 'fumer' le précédent et de répliquer 'Et pourquoi pas les tennis!'. ( Cela a bien fait rire les membres du clan Génot, j'ai cherché une contrepèterie mais je n'ai rien trouvé...)

La tension était extrême. ' Pas question de toucher à la plaine des sports 's'emporte Claude Génot avant  d'expliquer que la majorité s'était réunie préalablement pour étudier toutes les possibilités et que la seule solution pour ne pas dénaturer la plaine des sports était de compenser en amont, et que la création d'un golf permettrait de structurer les paysages et de créer les retenues d'eau nécessaires à la compensation le long du parcours. Alors que Mme Dallalba et Mr GarleJ distribuent la plaquette du golf, le 'compensant' précise les atouts écologiques et environnementaux du Golf (présentés au dos de la plaquette): le Golf de Chevreuse sera d'une qualité exceptionnelle, sans urbanisation. Un golf qui conserve les sentiers de randonnée existants, respecte le paysage de la plaine, entretient les cultures vivrières pour le gibier, limite les risques d'inondation du hameau de Trottigny.

golf,trottigny,inondation,genot,police,eaux,cattaneo,godon,casa dallalba,compensation,zone humide,DDT,prefecture
Clic/clic pour lire la plaquette du Golf de Chevreuse

Les élus qui découvrent le projet sont plutôt enthousiastes et échangent un long moment sur la disparition de la forêt le long de la route départementale, le nécessaire déplacement de l'activité d'élevage de l'autre coté de la route en continuité des terrains de la SAVAC.

Claude Génot rassure: les arbres remarquables seront conservés en rajoutant toutefois "s'ils ne sont pas malades bien sûr", l'herbe pour les vaches est aussi bonne de l'autre côté de la route.

Les élus adoptent finalement à 21h40 le projet de Golf à l'unanimité. Contre toute attente en début de soirée, Claude Génot a réussi à gagner l'admiration de ses conseillers. 'Il est trop fort' me lâche une élue en sortant de la mairie ' la compensation aurait dû coûter très cher à la ville et donc au contribuable, il arrive comme toujours à retourner la situation, à se la faire payer et à développer une nouvelle activité économique et sportive sur la commune'.

 

.                      Le Blog de Chevreuse - Saint Hugues
.                           'Tee pour tous et tous pour tee'
.                      Refrain d'une chanson locale engagée

 

 

11/11/2015

Dernière Gerbe

 

Dernière gerbe déposée ce matin au pied du monument au mort de Chevreuse par le maire Claude Génot.

Dernière gerbe car Claude Génot devrait laisser sa place avant la fin de l'année à sa dauphine comme il l'avait dans un premier temps annoncé en début de la campagne électorale avant de se rétracter devant les réactions des chevrotins et proclamer qu'il ferait l'intégralité de son mandat.

genot,hery,godon,cattaneo,succession,élection

Le dossier de la maison des deux associations qui lui tenait à cœur est en cours de bouclage, plus rien ne le retient. La fin d'année semble le bon moment pour passer la main et la raison de santé sera surement invoquée comme d'habitude dans pareille passation.

Joli cadeau de Noël pour Anne Héry Le Pallec qui joue la seconde main depuis le début du mandat mais que l'on voit partout et qui tire déjà les ficelles dans bon nombre de commissions.

A moins que... A moins que... Anne Héry ne soit pas la seule prétendante au trône!

Doc Guitare saisirait-il sa chance?  Sébastien Cattanéo en profiterait-il pour essayer de renverser la majorité?

'Ils sont déjà en campagne' m'a lâché tout sourire un proche de la mairie.

Difficile toutefois de croire à un putsch et même si le vote est à bulletin secret. En effet, Anne Héry Le Pallec peut compter sur les nouveaux conseillers municipaux recrutés largement par ses soins et à sa botte (de cheval bien sûr) et par les fidèles alliés de la gauche.

 

.             Le Blog de Chevreuse  - 11 novembre 2015

. Armistice, armistice, est-ce que j'ai une gueule d'armistice ???

 

 

06/09/2014

Quelle belle vallée...

 

belle,vallee,dick,annegarn,sayous,proval,forum,association

 

Ce n'est pas la vallée francilienne chantée par l'ami Dick, un vrai hollandais de la première heure celui ci, mais nous n'avions pas d'extrait du poète Godon louant la verdure de notre belle vallée de l'ouest parisien. Y'avait pas Youtube à l'époque... Si quelqu'un a des images, elles sont les bienvenues.

 

Le Blog de Chevreuse -  Jour du forum des associations,

 Premier jour de l'association ProVal-HVC créée par des habitants et visant à la promotion et à la valorisation du Territoire de la Haute Vallée de Chevreuse

 

Cliclic pour lire le faire part de naissance de ProVal_HVC

 

 

12/05/2014

Conseil municipal du 28 avril 2014

Préambule

 Le texte ci-dessous est le compte-rendu du second conseil municipal de la nouvelle mandature. Le Blog en profite pour répondre aux commentaires qu’ont laissé les lecteurs sur le premier compte-rendu et préciser la manière dont il aborde cet exercice dont la première difficulté est  qu’il impose la rédaction (et la lecture !) d’un texte long.

 Un conseil municipal est long, en moyenne 3 heures. Dense, varié, brouillon parfois, ; la mairie en fait un compte-rendu chiffré, précis,mais conclusif : les décisions sont affichées, pas le contenu des débats à l’exception de quelques explications de vote. Les comptes-rendus du Blog se veulent donc complémentaires et accordent une large place à l’ambiance, l’atmosphère, les petites phrases révélatrices des états d’esprit. Dans cette optique, et pour les questions budgétaires en particulier, les chiffres sont parfois arrondis. Pour répondre à une critique aussi, nous rapportons fidèlement les propos que le maire et les conseillers tiennent lors de ces réunions publiques. Par exemple, pour le premier conseil, le  nombre de 250 commerçants, artisans, etc, a bien été prononcé par la première adjointe. C’est ce que Le Blog rapporte. Après, si le propos est une erreur, inexact, ou parfois même mensonger (dans cet exemple un lecteur bien documenté nous écrit : « ce n’est pas une baisse de la CFE de 70%, mais de 40% seulement »), les commentaires sont là pour apporter rectification ou contradiction. Mais le propos a été tenu en public et donc rapporté ici tel quel.

 Après, si un sujet mérite vérification et approfondissement, ce doit être à nos yeux l’objet d’un article spécifique. Comme pour l’ASSAD 78 dont il a été longuement question le 28 avril et pour lequel nous vérifions la véracité des propos tenus avant de livrer l’information.

 Voilà l’esprit dans lequel Le Blog vous informe des débats tenus en conseil municipal le 28 avril dernier.

--------------------------------------

 Le Conseil municipal est presque au complet ce 28 avril à 20 heures 30. On ne peut pas en dire autant de la salle : le public comptait 13 personnes le 10avril, au précédent conseil. Ce soir, nous sommes 11. Il est vrai que l’ordre du jour, pour reprendre les termes de notre confrère éditeur du forumdechevreuse.net, ne comprend que « des choses rigolotes » : approbation du budget exécuté 2013 et budget primitif 2014. Avalanche de chiffres en vue.

 En guise de mise en bouche, le maire Claude Génot  fait voter l’acquisition du parking sauvage sis en face de la caserne des pompiers que la mairie utilisait déjà faute d’un propriétaire connu. Un opportun décès est passé par là et les héritiers se sont manifestés. Va pour le parking, qui sera « paysager ». Au détour, petite pique de Claude Génot : « Maître Delais se chargera de la vente ». Didier Lebrun, chef de l’opposition de gauche, minoritaire, s’étonne : « ce n’est pas le notaire de Chevreuse ? ». Rictus du maire : « chacun son tour, et puis Maître Delais habite à Chevreuse ». Petits rires autour de la table du conseil. Décodage : le notaire Delais a son cabinet au village voisin du Mesnil-Saint-Denis, avec ses confrères Chansac, Chenailler et Bonnot, et habite effectivement Chevreuse. Mais là n’est pas la raison : le notaire de Chevreuse, Maître Augereau-Hue, figurait sur la liste d’opposition de droite menée par Sébastien Cattanéo, liste défaite aux élections. Petite vengeance mesquine entre notables ?

800px-Serment_de_Koufra_2_mars_1941.JPGOn passe à la borne du serment de Koufra.  Le conseil est dissipé. Koufra, c'est loin, c'est ancien (guerre de 1940-1945). Le maire fait taire sa troupe et lit quand même le serment de Koufra, ville d’Afrique du Nord (Lybie) où le colonel Leclerc fait jurer à ses hommes de ne déposer les armes qu’une fois de retour, victorieux, à Strasbourg. Le serment sera tenu. Tout comme Gif ou Saclay, Chevreuse aura sa borne commémorative pour un coût estimé à 1500 euros. En fait il s’agit de ces fameuses bornes étoilées qui jalonnent le parcours de la célèbre 2ème division blindée de Leclerc des plages du débarquement à Strasbourg.

 Le conseil a voté à l’unanimité ces deux points, il en sera de même pour les sujets scolaires qui suivent. Tout d’abord le montant des indemnités versées aux enseignants qui accompagnent leurs classes lors des séjours « transplantés » ou encore « environnementaux », pour 26,48 euros/jour. Le lecteur appréciera le maigre montant de l’indemnité pour rester loin de chez soi pendant 8 jours. Mais c’est légalement plafonné. Et puis l’acquisition de 2 tableaux numériques pour les écoles (3140 euros dont 2000 proviennent du Conseil général). Petite discussion à l’occasion : pourquoi, alors que Chevreuse a une confortable réserve financière, acheter ces tableaux au compte-gouttes ? Réponse d’Anne Héry le Pallec, en charge du scolaire lors de la précédente mandature : « Les enseignants y viennent peu à peu, ce n’est pas évident pour tous de les utiliser à bon escient. Et on anticipe l'obsolescence des premiers tableaux et leur remplacement progressif ».

 Arrive le premier gros sujet du jour : les subventions aux associations. Après les amuse-gueules (carte jeune accordée à Tibocircus et la Cordonnerie du Progrès pour cause de rattrapage administratif, et la régularisation des contrats  temps libre du 15 février au 2 mars pour cause d’activités offertes pendant les vacances scolaires), le Conseil s’attaque au sport. Et on comprend rapidement qu’il y a un malaise. Et aussi un grand absent.

 Pierre Godon, nouvel adjoint aux sports en remplacement de Guy Bruandet (dont on se demande donc toujours pourquoi il a été écarté de la liste sortante) se lance dans un long développement autour de « Chevreuse ville sportive ». Ca patauge un peu et Sébastien Cattanéo, leader de l’opposition, se lâche : « C’est illisible, mal présenté, la somme globale reste certes la même mais on ne comprend rien à ces documents, cela sème le doute sur ce qui est financé». Godon se défend : « Sébastien, tu es président d’une association sportive comme moi, tu connais les éléments, j’ai repris à l’identique les tableurs de Guy Bruandet et reporté toujours à l’identique de l’an dernier les subventions accordées aux associations sportives ; je t’accorde que c’est mal présenté mais je propose de voir cela en commission des sports ».

 A ce stade de la soirée, il convient de résumer l’enjeu pour nos lecteurs. La Ville de Chevreuse articule sa politique sportive autour de deux actions : la construction et l’entretien des équipements sportifs mis à la disposition des associations sportives, et des subventions pour un montant global de 65 000 euros par an, somme répartie en deux postes : 26 000 euros donnés aux associations, indistinctement de l’activité mais simplement selon le nombre de licenciés. Et 39 000 euros qui représentent les vrais choix prioritaires de la municipalité : football, rugby, et « un peu de tennis » (7500 euros pour ce dernier club présidé par Sébastien Cattanéo. Pierre Godon présidant le club de football). C’est là que se situe l’enjeu : la répartition de ces 39 000 euros. Car le tennis veut plus. Mais il n’est pas le seul : les associations vont mal. Et Godon lâche le morceau : « Au foot, il restait 124 euros en caisse la semaine dernière, et le District nous réclame 1500 euros de cotisation. C’est avec son chéquier personnel qu’un dirigeant a été acheter les fournitures qui manquaient aux gamins le week-end dernier. Et nous ne sommes pas les seuls, le rugby souffre aussi, il n’y a pas ou peu de sponsors ».

 Là, Sébastien Cattanéo tente un premier coup en interpellant le maire : »Chevreuse est riche, on peut augmenter légèrement les subventions non ? ». Ce sera niet, Claude Génot défend vigoureusement sa politique. « Depuis 2011 c’est 65 000 euros par an et ça le restera. Dans la situation budgétaire actuelle je me refuse à augmenter les subventions, à l’exception de la Croix-Rouge on verra cela plus tard. Mais je ne les baisse pas non plus, j’ai conscience du côté social du sport ». Et son opposant de commettre le sacrilège suprême en notre bonne ville de Chevreuse où le rugby est une religion : « OK, OK, mais on pourrait répartir différemment non ? Le rugby, comme ils descendent en Division d’Honneur, ils n’ont peut-être plus les mêmes besoins  ? »

 Hurlements autour de la table du Conseil. On imagine qu’il y aura 15 types de plus au prochain conseil au fond de la salle, ou plutôt au premier rang. Pierre Godon « récite » son Bruandet en rappelant la doctrice « constance des subventions sans diktat des résultats sportifs ». Cattanéo insiste « c’est faux, quand le rugby est monté en fédérale 2 il y a eu une rallonge ». Le maire : « on ne peut pas dire cela. A l’époque nous n’avons pas augmenté la subvention, la mairie est intervenue ponctuellement pour permettre au club d’assurer ses déplacements sur une large zone géographique. Ils devaient se rendre aux quatre coins de la Bourgogne et du Centre ». Didier Lebrun essaie de calmer le jeu, propose un renvoi en commission (c’est à huis clos, plus discret !), appuyé par le maire-adjoint Brunoi Garlej qui remercie Godon de ses « précautions oratoires » (on comprend maintenant les hésitations du début). Le maire conclut en reconnaissant « un vrai problème de méthode » et promet de répartir en commission les 39 000 euros. Il rappelle pour finir les catégories retenues par la Ville comme clé de répartition : chevrotins, non-chevrotins, et chevrotins nés après 1992. Fin du sport, dans tous les sens du terme.

 Les subventions aux autres associations sont également reconduites à l’identique et à l’unanimité, excepté la Croix-Rouge qui bénéficie de 2000 euros de plus. Explication du maire : « au vu de la conjoncture, ils sont davantage sollicités ». Il y a donc des nécessiteux à Chevreuse. A noter aussi que l’ALC est victime de la seule mais bruyante abstention, celle de Caroline Von Euw, 3ème maire-adjoint pour qui « l’ALC coûte trop cher pour ce qu’elle fait ». Tout le reste est voté à l’unanimité, même l’ASSAD 78 (aide à domicile) qui fait l’objet d’un curieux traitement. Fin du chapitre associatif. On passe aux comptes 2013.

 Toujours en arrondissant largement, (Le Blog renvoie le lecteur curieux des chiffres au compte-rendu détaillé de la mairie) le budget 2013 présente 2 sections : le fonctionnement, avec un excédent de 1,5 million d’euros et l’investissement, déficitaire de 524 000 euros. La commune, en tenant compte du solde antérieur dispose donc d’un solde net disponible de 1 517 000 euros (ce qu’on appelle la capacité d’autofinancement). Le budget définitif 2013 est approuvé à l’unanimité. Sur question de Sébastien Cattanéo, la première adjointe précise que l’assainissement figure à part en termes budgétaires car ce poste pourrait être un compte ou une activité commerciale. L’occasion de préciser que le contrat de la Lyonnaise des eaux (fermage) a été renouvelé il y a 2 ans et court pendant 10 ans encore.

 Le Conseil entame enfin le budget primitif 2014 avec en préambule le coût de la dette : 485 000 euros par an. « Sans possibilité de renégociation intéressante » dixit la première adjointe à qui les Finances ont été confiées pour la mandature à venir. Le budget se veut à l’identique de 2013, avec un fonctionnement estimé à 2 450 000 euros. L’opposition fait remarquer « qu’à l’identique, c’est un peu fort : il y a 27% d’écart entre les chiffres 2013 et 2014 ». L’occasion pour Anne Héry Le Pallec de donner une leçon de comptabilité publique : « en début d’exercice c’est normal : il y a des recettes certaines auxquelles s’ajouteront en cours d’exercice des recettes supplémentaires que nous n’avons pas le droit de porter dans le budget primitif. L’idée est de se rapprocher progressivement du budget définitif de l’année précédente ». C’est sans compter avec le socialiste Didier Lebrun qui en profite pour dénoncer « l’augmentation des indemnités des élus ». Comprendre la nomination d’un adjoint supplémentaire qui porte de 97 000 à 110 000 euros le coût des fameuses indemnités. Il est tard, Héry Le Pallec parle sans trop réfléchir : « un adjoint de plus permet d’avoir un emploi en moins ». Maladroit en cette période de chômage. Le maire botte en touche « ou un cabinet conseil coûteux ». L’occasion de citer l’avocat de la CCHVC. L’assistance comprend qu’on va bien finir par parler de Jacques Pelletier, maire de Milon-la-Chapelle, bête noire de Chevreuse. Mais il faut attendre, l’opposition est lancée et c’est pas triste. Car il faut de l’imagination pour transformer un débat budgétaire en débat d’ordre général. Et c’est Sarah Fauconnier, n°2 de la liste Cattanéo, qui s’y colle : « Avez-vous prévu les dépenses inhérentes à la réforme des rythmes scolaires ? Et d’abord qu’avez-vous prévu ? ». « Rien ». La réponse fuse, même si elle se révèle plus provocante qu’exacte. Anne Héry le Pallec précise la position municipale : « le ministre va modifier la réforme, on ne va pas prévoir des activités sans savoir quand et comment les programmer. Je ne mets rien en place tant qu’il s’agit de bavardages au micro ». Sauf que la première adjointe omet un léger détail : certes Benoît Hamon, nouveau ministre de l’Education nationale, s’affiche sur les plateaux télé et dans les studios de radio, mais son ministère a bel et bien publié un décret précisant les aménagements autorisés, décret sur lequel les communes peuvent s’appuyer pour préparer la rentrée prochaine. On comprend alors qu’à deux mois de la fin de l’année scolaire, la municipalité ne souhaite pas communiquer sur le sujet. Le projet est-il déjà ficelé ? Sarah Fauconnier ne lâche pas l’affaire : « si ce n’est pas dans le budget, qui paiera ? Les familles ? ». Le maire et son adjointe acquiescent : « nous n’augmentons pas les impôts, les dotations aux communes baissent et nous maintenons les services. Donc les familles seront mises à contribution ». On se rappelle d’une conseillère municipale disant pendant la campagne électorale « pour 2,50 euros par jour, les familles vont râler en invoquant la crise ». C’est pour bientôt ? Fauconnier pense avoir trouvé une piste: « dans le compte 6042, les 75 000 euros c’est quoi ? ». Raté. « C’est la classe découverte, le voyage en Angleterre de l’Ecole Jean Moulin ». Riposte : »75 000 euros ? ». « Non, les familles contribuent à hauteur de 45 000 euros. Les 75 000 euros constituent le coût global. Nous avons fait appel à un prestataire privé ». Le maire confirme : « oui c’est coûteux, nous avions eu un débat à l’époque ». Le terrain scolaire devient glissant, Sarah Fauconnier est aussi présidente de la PEEP, Cattanéo reprend la main avec… les caméras de video-surveillance. Le maigre public soupire, les conseillers majoritaires lèvent les yeux au ciel, et c’est parti pour un « débat » sur le coût de la sécurité. Le maire intervient : « c’est le vote du budget, rien d’autre ». Bernique, Sébastien Cattanéo insiste. Avec un angle d’attaque pour le moins curieux : les fameuses caméras, qui coûtent entre 10 et 15 000 euros par an. Or le principal poste de dépenses en termes de sécurité est le traitement des 4 fonctionnaires de la police municipale qui coûtent au moins 10 fois le budget des caméras. Pourquoi se focaliser sur les caméras ? On ne comprend pas trop. Après viendra le tour de l’amende pour le manque de logement sociaux (où l’on apprend – à vérifier – que quand le préfet préempte, il faut qu’il ait le financement. Vu les finances de l’Etat, finalement, le risque est minime). Anne Héry le Pallec confirme la politique municipale déjà abordée dans le Blog en avril, politique qui minimise les conséquences financières. Mais la vente des terrains municipaux est un grand moment : Didier Lebrun, à bout d’arguments, ressuscite en sapeur Camember : « si on vend le peu de terrains qui nous restent à des promoteurs il faut que l’argent aille à l’achat de nouveaux terrains ». Vendre des terrains pour acheter des terrains ? Rigolade générale. Anne Héry Le Pallec en profite pour recadrer le débat sur le budget avec le fonds de péréquation entre villes riches et villes pauvres, ce que le maire appelle « entre les villes bien gérées et les villes mal gérées ». Chevreuse s’est vu ainsi prélever, en 2013, 205 000 euros par le Fonds de péréquation dont on rappelle qu’il est redistribué au niveau national.

 Et le Conseil vote, enfin. 2 voix contre (la gauche), 5 abstentions (liste Cattanéo), le reste (majorité) pour. Le budget primitif 2014 est adopté. S’ensuit un second vote : la fixation des taux d’imposition. Le maire propose de les laisser inchangés, en clair pas de hausse de l’imposition locale. Le Conseil approuve à l’exception des deux conseillers de gauche.

 Le Conseil se termine enfin ? Ah, non. Un Conseil municipal chevrotin n’est pas un vrai conseil sans la Fête à Jacques. C’est un conseiller de la majorité qui lève le lièvre : « c’est quoi cette réunion des maires de la CCHVC ? (la communauté de communes à laquelle appartient Chevreuse) ». Claude Génot prend la parole, ce n’est plus le Maire qui parle, c’est l’acteur qui compose finement entre jubilation et colère feinte. « Je voulais vous en parler. Je trouve en effet qu’il est tout à fait anormal que Jacques Pelletier, maire de Milon-la-Chapelle, président de l’interco en campagne pour sa réélection, ait réuni de manière informelle les maires de la communauté de communes sans les autres conseillers communautaires. Ce n’est pas l’idée que je me fait de la démocratie ». Pour les durs d’oreille qui n’auraient pas compris, la première adjointe précise la pensée du Chef du village. « Cette réunion, où j’ai représenté Claude Génot empêché, n’est pas qu’informelle. Des orientations y ont été prises et nous considérons que cela ne respecte pas l’idée de proportionnalité que représente le conseil communautaire, où toutes les tendances même minoritaires sont présentes. Pour Chevreuse par exemple, la liste Cattanéo a un siège. Quand on ne réunit que les maires, aucune opposition n’est présente. C’est anti-proportionnel et ce n’est pas l’esprit de l’interco ». Sur une question de Didier Lebrun, on apprend que les maires du Mesnil Saint Denis et de Saint-Rémy sont sur la même longueur d’ondes que Chevreuse (fait assez rare pour être souligné). Ce qui se confirmera le lendemain par l’élection avec une seule voix d’avance de Jacques Pelletier à la présidence de la CCHVC dans une élection où Agathe Becker, nouveau maire de Saint-Rémy, a failli devancer le président sortant. Le western intercommunal continue, la Fête à Jacques aussi. Le Conseil, lui, est terminé.

 

.      Propos rapportés par Yves pour Le Blog

 

25/04/2014

Avis à la populace...

... et à Chevrotin plus particulièrement.

Prochain conseil municipal

lundi 28 avril à 20h30 en mairie

Faudra pas dire après que vous n'étiez pas au courant!

Pour voir l'ordre du jour, un clic sur le site de la mairie http://www.chevreuse.fr/reunions-du-conseil.aspx

A sa lecture, peut être votre attention sera-t-elle attirée par la création d'un nouveau parking ou bien par le projet 'Acquisition et implantation d’une borne commémorative du serment de Koufra'.

Koufra, Koufra, mais qu'est ce que cela?

Un membre de l'opposition s'emballe. C'est de la provocation! Le maire fait un savant mélange entre 'coup bas' et 'coup foireux'. Il attend que l'on réagisse pour mieux nous attaquer. Mais, on ne bougera pas.

La question est posée à Pierre Godon nouvel ancien adjoint aux sports qui explique avec son accent prononcé de la vallée du Rhodon: "Alors vous, à Chevreuse, sortis du Rugby, vous ne connaissez rien. Je vais démocratiser le football et tout le monde saura ce qu'est un coup franc..."
-Désolé Doc, mais il s'agit bien de 'Koufra' et pas de 'coup franc'.

Didier Lebrun quant à lui atteste que 'Coufra' est le diminutif utilisé par le personnel sous traitant de l'ONF pour faire des coupes franches dans le bois du Claireau et il fait le serment que ça va changer.

Commémorative, serment, commémoration, tout ce vocabulaire rappelle un adjoint de la précédente mandature qui aurait répondu sans hésiter. C'est qu'il manque le Guy! Comment vont ils faire avec toutes ces manifestations du souvenir?

 

.                   Le Blog de Chevreuse - 25 avril

. Lundi prochain, conseil municipal et journée du Souvenir

 

15/04/2014

Premier Conseil

 

L’essentiel du Conseil Municipal du 10 avril 2014

 

CHEVROTINS OU ETIEZ-VOUS ?

13 ! Nous étions 13 personnes dans le public à assister au Conseil Municipal du 10 avril 2014. Et encore, sur ces 13 personnes, il faut retrancher le prochain retraité de la direction des services de la Ville, plus un militant UMP zélé et votre serviteur collaborateur du Blog, donc 10. Moins les 2 mères de famille actives dans les associations scolaires il reste 8 (HUIT ) habitants de Chevreuse à avoir suivi ce conseil municipal. Et vous êtes combien à râler contre la municipalité ? Lecteur, ne viens pas te plaindre dans 6 ans de la mandature de Claude Génot, maire régulièrement élu.

Le Conseil Municipal a donc procédé dans la première partie de la soirée à la nomination de ses représentants dans les nombreuses commissions, organismes sociaux, scolaires, communautaires, selon un modèle d’élection et de représentation issus du scrutin majoritaire. Dans la plupart des cas, la liste Génot a remporté la totale représentation de la commune. Il faut noter l’élégance des deux oppositions (Chevreuse 2014 et Chevreuse Citoyen) pour avoir accepté les votes à main levée, pas de bulletins secrets, pas d’obstructions.

A noter aussi : pour quelques délégations dont l’interco, l’opposition récolte 1 siège, toujours dévolu à Chevreuse 2014 (liste Cattanéo). Ce qui fait dire à Didier Lebrun : « avec 500 voix, la Gauche chevrotine n’a aucun élu à l’intercommunalité alors qu’avec 500 électeurs cumulés, Milon et Dampierre ont 5 conseillers communautaires ». L’absurdité et l’injustice du scrutin majoritaire apparaissent ici de manière flagrante, mais le maire a beau jeu de dire « c’est la Loi ». Tout en rappelant que les représentations des communes dans l’intercommunalité est pour le moins déséquilibrée, trop en faveur des petits villages qui, sans trop d’impôts, profitent des infrastructures de Chevreuse et St-Rémy. Anne Héry Le Pallec démontera, tout au long de la soirée, les inégalités fiscales des communes de la CCHVC. Ce qui fera dire à Sébastien Cattanéo : »Chevreuse c’est Caliméro : c’est trop injuste ! ».

Ventre mou de la soirée, la deuxième partie ronronne sur des détails.

La nomination des maires-adjoints s’est faite le 7 avril par décret du maire (affiché en mairie). Pas vraiment de changements sur ces postes « poids lourds » (Anne Hery Le Pallec en 1ère adjointe aux finances, Bernard Texier aux Travaux, etc), Un point notable : le poids de la question scolaire, avec la nomination d’un maire-adjoint aux affaires scolaires et à la culture (Bruno Garlej), auquel s’ajoute (c’est nouveau) une conseillère déléguée « aux rythmes scolaires » (Laure Arnoult), preuve s’il en est de l’importance donnée aux questions scolaires par l’exécutif local.

conseil,municipal,cattaneo,génot,hery,pallec,,texier,,dallalba,voneuw,godon,bay,arnoud,garlej

Le coût de ce conseil, c’est à dire les indemnités des adjoints, se monte à 106 753 € par an. Didier Lebrun nous sort le service minimum « on doit tous se serrer la ceinture ». Mauvaise pioche : Génot rétorque : « nous avions 8 maires-adjoints, il n’y en plus que 7 ». Cattanéo ronchonne : pourquoi certains adjoints sont plus payés que d’autres ? S’ensuit une défense et illustration de la de la première adjointe, plus dotée que d’autres. 

La troisième partie du Conseil a été consacrée à une obligation légale : la tenue d’un « débat d’orientation budgétaire ». En résumé, le maire pose les bases de la réflexion majoritaire sur « quel budget, dans quel contexte, et pourquoi ? ». L’opposition a un temps de réponse pour expliquer d’une part ce qu’elle aurait préféré, et d’autre part critiquer les choix majoritaires. Tout ceci aboutira fin avril au vote d’un « budget primitif ».

Donc, long, très long « tunnel » de parole à Claude Génot (25 minutes !). Tout le répertoire UMP y passe, hausse de la TVA, rupture dans l’investissement, baisse des dotations de l’Etat vers les collectivités locales, incertitudes quant au devenir des collectivités de communes, et donc annonce d’un « budget de transition pour 2014 », le maire sortant et réélu « n’ayant pas voulu engager des dépenses avant l’élection ». Une position tout à son honneur : on rappellera que la commune voisine, Saint-Rémy-les-Chevreuse, a signé quelques jours avant le scrutin des contrats d’aménagement dont l’annulation éventuelle par le nouveau conseil municipal peut coûter cher à ses habitants en indemnités de rupture. Un bon point pour Claude Génot sur ce coup-là. Petit rappel : la mairie sortante a consacré sur son précédent mandat de 6 ans 15 millions d’euros à l’investissement.

Parole à l’opposition, et en premier Sarah Fauconnier, numéro 2 de la liste Cattanéo. Premier couac : « il y a des augmentations massives de charges de personnel sur la dernière mandature ». Loupé : c’est dû au transfert des personnels du CCAS (centre communal d’action social) à l’effectif communal. Un jeu à somme nulle donc. Plus intéressante, toujours par la voix de Sarah Fauconnier et à suivre dans les prochains mois, la contestation par la liste Chevreuse 2014 (Cattanéo) de la politique d’investissement de la majorité qui peut se résumer à : peu d’emprunt, beaucoup d’apport en fonds propres (la ville est « riche » en trésorerie, on parle de 1,5 millions d’euros de réserve). « Pourquoi ne pas emprunter pour la maison des associations par exemple ? ».Réponse immédiate du maire : « Alors que j’ai l’argent en réserve, vous voudriez que j’emprunte ? Pour constituer une cagnotte ? » ?  Il n’y a pas de réponse directe mais on voit une différence fondamentale entre les deux listes de droite. Pour faire court : la majorité paye un maximum en « cash », mais se démunit de sa réserve financière. Si la cantine brûle (ce qui est arrivé à St-Rémy) il faut emprunter et donc modifier le budget. Toujours compliqué. Si Cattanéo avait été élu, le recours à l’emprunt aurait été sa préférence. Il y a là une véritable confrontation de doctrine budgétaire dont on peut déplorer qu’elle n’ait pas été un enjeu visible de la campagne électorale.

Toujours dans ce débat, une réponse surréaliste du maire à la question de Didier Lebrun « y aura-t-il augmentation du personnel communal ? ». « NON ». Ca a l’air clair et net, mais la suite surprend l’auditoire : « SAUF  dans les services techniques qui sont au taquet – dixit Claude Génot ». Donc il y aura bien augmentation du personnel communal.

Et puis un débat n’étant pas un débat sans dérapage, le moment est venu, à 23 heures, de parler du serpent de mer de la mandature : la Maison des Associations. Là c’est la fête : tout le monde se déchaîne. Intercommunalité, zone inondable, pas de concertation avec les associations, projet « mal ficelé » et réponse directe « comment ça, mal ficelé ? », le public a droit à un show majorité-opposition où l’on apprend que sur les 51 communes qui composent le parc Naturel Régional, seules Choisel et Saint-Forget ont condamné le projet chevrotin, que l’état du projet est à l’état… de projet ! Pour Bernard Texier, maire-adjoint aux travaux, la seule chose acquise est la nomination après concours d’un architecte. Et l’obtention d’un permis de construire… faisant l’objet d’un recours. Et que de surcroît, il va falloir sonder le sol avec les pieux adhoc. On comprend, tard, qu’il va falloir du temps pour voir une pelleteuse s’activer sur le site de la Maison des Associations. On passera charitablement sur le barnum des dites associations, leur besoin de stockage, la ludothèque,…relisez les articles du Blog. On est apparemment parti pour en parler longtemps.

Et à propos d’ « assoce », l’ALC s’invite au conseil municipal. L’Association Loisirs et Culture » demande en effet une avance de 18 000 € sur sa subvention annuelle qui s’élève à 74 000 €. L’opposant Cattanéo est charitable mais curieux : « nous sommes fin mars, si c’est un besoin de trésorerie c’est tout naturel. Mais… c’est conjoncturel ou structurel ce problème de trésorerie ? »

Remous dans le prétoire (la salle du Conseil est l’ancien tribunal de Chevreuse), échanges de regards gênés, la réunion est publique, le maire s’avance enfin : « l’ALC crée des ateliers non rentables, ils embauchent beaucoup, c’est compliqué mais je pense que c’est un problème structurel, on verra plus clair en conseil d’administration ». La résolution est votée, les 18 000 € débloqués, mais avis de coup de vent sur l’ALC ?

Retour à la Maison des Associations : comment la financer ? Là c’est intéressant et ça réveille tout le monde. « Fonds propres »  dit le maire, on avait compris. Fonds propres auxquels devraient s’ajouter subventions départementales et régionales (la mairie n’a pas acté la fin de la « clause de compétence générale » annoncée par le nouveau Premier Ministre, le Blog y reviendra). Et, pour boucler le budget,  vente d’un terrain route de Choisel (y’a un promoteur-lotisseur intéressé déjà ?) et du 10 rue Leclerc, où il est question de créer 6 logements « sociaux ». Fin du sketch. Et…

… et un peu de réalisme fiscal après les élections : la CFE. La fameuse Contribution Foncière des Entreprises qui a brisé pas mal d’énergies à Chevreuse : miracle ! Elle baisse ! Ben oui, la Ville renonce à 90 000 € de recettes CFE en baissant de 70% la CFE qui concerne pas moins de 250 artisans (électeurs), commerçants (électeurs), professions libérales (électeurs), et tous autres (électeurs aussi).

Fin du Conseil : le maire : « Le débat d'orientation budgétaire a été fait dans les règles de l'art. ». De l’art peut-être, dans la délicatesse et la compréhension des antagonismes non. La campagne continue. A Chevreuse, on préfère Attila à Madame de Maintenon mais n’anticipons pas.

Bonnes vacances à tous !

 

.         Yves, pour Le Blog de Chevreuse

 

 

20/09/2013

La Guerre des Boutons

Entendu dans la grande sablière de Coubertin, lieu de rencontre des turbulents enfants des villages des alentours de Chevreuse, cet entretien entre les Grands de Chevreuse et P'tit Gibus de Milon.
__________________________________________________________________

2014,municipales,génot,hery,bruandet,godon,pierre,gibus,sablière

G.C.:   - Pierre, tu viens jouer avec nous?

P.G.:   - Non.

G.C.:   - Allez Pierre, viens jouer avec nous?

P.G.:   - Non, non et non. Avec tout ce que vous avez dit sur moi! Snif

G.C.:   - Mais Pt'it Pierrot, c'était il y a 6 ans...

P.G.:   - Nooon.

G.C.:   - Pierrot, tu voulais faire un foot et on a fait un foot rien que pour toi, alors maintenant tu viens jouer avec nous.

P.G. :  - Bon, d'accord mais si j'aurais su...


.                   Le  Blog de Chevreuse  -  20 septembre

.        A la Saint Davy, le troisième peut encore changer d'avis