Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/04/2018

Logements Sociaux au C.E.C.

 

Le logement social ou l’impossible équation à résoudre pour atteindre le nouvel objectif de 25 % à l’horizon 2025 prévu par la loi « Duflot » n° 2013-61 du 18 janvier 2013. Madame le Maire expliquait le 27 janvier dernier lors de ses vœux « qu’ il nous faudrait construire plus de 1260 logements pour y arriver, soit une augmentation de plus de 50 % du nombre  de résidence principales » ( Le Médiéval n°111).  Une augmentation bien loin des objectifs de densification des communes adhérant à la charte du parc naturel régional qui fixe à 5 % l’augmentation de la population sur 10 ans.

Anne Héry Le Pallec  a semble-t-il trouvé la solution pour Chevreuse, en proposant lors de la dernière commission urbanisme, son projet de transformation des locaux du Centre Équestre de Chevreuse en logements sociaux. Club-house, logement, boxes, sellerie, hangars, manèges, ce sont plus de 1000 m2 au sol de locaux à transformer, soit près de 2500 m2 de surface habitable à créer.

logement,social,sociaux,hery,le pallec,ahlp,chevreuse,sru,cec,centre,equestre,apesc,conflit

Du point de vue de la loi SRU, une excellente opération puisqu’une soixantaine de logements pourrait ainsi voir le jour, venant directement impacter à la hausse le ratio de logements sociaux par rapport aux nombre total de logements de la commune. Le tout sans créer de nouveau bâti. Un projet tout à son honneur qui montre sa volonté de faire du logement social sans pour autant livrer Chevreuse aux promoteurs qui défigurent nos villages avec leurs programmes immobiliers.

Mais le projet ne plait pas à tous.

La chambre départementale de l'agriculture dénonce une nouvelle fois le grignotage des terres agricoles par les activités équestres et le non retour des parcelles en zone agricole  après cessation d'activité. A savoir si la SAFER va laisser faire?

Les riverains de Hautvilliers s'interrogent sur l'éloignement du Centre Équestre des commerces et des transports publics, contraignant les familles à multiplier l'usage de  l’automobile, et s'inquiètent de l’augmentation de la circulation sur la route de La Brosse déjà bien fréquentée matin et soir.

L'APESC,  Association de Protection de l'Environnement et du Site de Chevreuse se demande si le PLU pourra être appliqué sans modification et met en doute l'impartialité de la Maire qui accorderait un permis de construire tout en étant gérante du Centre Équestre. Un argument que défend aussi l’opposition municipale de Chevreuse2014 qui a déjà saisi la Préfecture pour gérer ce dossier et éviter tout conflit d’intérêt.

A suivre.

 

.        Le Blog de Chevreuse - Dimanche de Pâques
.      Au trot ou au galop,  les cloches sont revenues

 

01/04/2016

Chevreuse s'affranchit de la loi SRU

 

C'est un véritable coup de Génie qu'a fait la mairie de Chevreuse en préemptant le magasin Roche-Bobois à l'entrée de ville en arrivant de Saint Rémy les Chevreuse.

Le magasin Roche-Bobois a été créé par Mr génot,sru,logement,sociaux,pénalité,roche,bobois,aire,urbaineGérard PETIT en 1977. Celui-ci en a toujours assuré la gestion jusqu'à sa liquidation. Il est bon de rappeler que Mr Petit a aussi fréquenté les bancs du conseil municipal de Chevreuse sous la mandature de Philippe Dugué, un ex collègue quoi! 

Coup de Génie, ou plutôt coup de Génot, comme on dit chez nous à Chevreuse.  La ville, qui dispose d'un parc d'un peu plus de 10% de logements sociaux doit en effet pour se mettre en conformité avec la loi SRU arriver à 25% de logements sociaux. Un seuil quasi impossible à atteindre, tant le foncier libre est rare et cher. On ne peut aussi compter sur un régime d'exception pour les parcs naturels de la part du gouvernement comme l'a montré il y a trois ans la réponse de Cécile Duflot alors ministre du logement aux protestations du président du Parc et des maires des communes concernées.

Rassurez vous, chevrotins. Il n'est point question d'utiliser cette emprise foncière pour y construire du logement social, au contraire la parcelle sera acquise pour démolition et reboisement. Oui,Oui, vous avez bien lu reboisement.

Petite explication: pourquoi Chevreuse doit-elle faire 25% de logements sociaux? En 2013, la loi SRU se durcit et des dispositions relatives au Grand Paris sont mises en place. La loi s'applique maintenant à l'aire urbaine de Paris et le seuil de 25% concernent toutes les communes de l'agglomération parisienne en continuité urbaine avec Paris. La continuité urbaine est rompue dès qu'une bande minimale de 200 mètres de zone naturelle est constatée entre deux communes le long des voies principales.

génot,sru,logement,sociaux,pénalité,roche,bobois,aire,urbaine
ClicClic sur l'image pour la voir en grand

Ainsi, Saint-Rémy-les-Chevreuse et Chevreuse se sont-elles retrouvées 'happées' par le Grand Paris tandis que Saint Forget, choisel ou Milon échappaient au couperet. Pour ces dernières, la seule contrainte est le seuil de 10 % de logements sociaux proposé dans la charte du Parc Naturel. Une véritable fracture 'sociale' entre les communes du Parc. Et sans le bâtiment Roche-Bobois, Chevreuse rejoindra ces communes dites 'rurales' de l'agglomération parisienne.

Le calendrier. Si la préemption est faite, la vente reste à finaliser. Une fois le terrain acquis. La mairie devra rapidement démolir les bâtiments puis demander la sortie de l'aire urbaine de Paris. Il n'est pas nécessaire de faire une modification du PLU pour déclasser la parcelle puisque toute la zone entre Saint Lubin et la sortie de ville est déjà classée N, zone Naturelle (Détail PLU zone est  http://www.chevreuse.fr/iso_album/4-3__plan_zonage_-parti... )

La mairie espère réaliser ces opérations sur l'année 2016 pour pouvoir s'affranchir des pénalités SRU dès 2017. Reste à savoir si l'économie réalisée sur les pénalités sera répercutée par une baisse sur les impôts locaux? Une baisse qui serait la bienvenue en ces temps de crise.

 

.              Le Blog de Chevreuse - Saint Hugues

 

 

08/07/2015

Cas Social

 

Que des menteries sur les Blogs vous dira Monsieur le Maire et il a RAISON.

Ils racontent n'importe quoi, ces gens là, tout le temps.

Y'en a qui disent que le sous préfet de Rambouillet est furax, qu'il veut réquisitionner des terrains pour faire des logements sociaux, que Chevreuse ne veut pas en construire. Que le maire de Chevreuse aurait même écrit à l'époque à Cécile DUFLOT alors ministre du logement. Que des menteries!

Les gens de droite ne sauraient pas faire de logement social: c'est faux!

En voici la preuve, après le permis accordé pour 11 logements rue de Versailles l'an passé, c'est maintenant un permis pour 13 logements sociaux qui a été accordé rue de la porte de Paris au pied de la butte des Vignes.

logement,sociaux,social,donato,guerza,permis,construire,plu

Vous voyez bien Monsieur le sous préfet de Rambouillet qu'on accueille les pauvres ici.  Des promoteurs privés avides de réduire le déficit de logements sociaux de la ville, c'est beau.
   C'est humain.
      C'est UNIQUE.
         C'est à Chevreuse.


A moins que ...

 

              Le Blog de Chevreuse - Saint Thibault

.      Point de grossesse, viens boire l'eau de ma fontaine

 

 

 

05/05/2015

ProCASQYnation

 

Je reprends pour le conclure ce texte (commencé il y a plus d’un an et demi !!!) ce lundi 4 mai 2015 suite à la réunion publique organisée à la salle Jean Racine par plusieurs associations fédérées par les Amis du Parc…

 

Introduction

Nombreux sont les chevrotins qui ignoraient ce projet de la majorité de quitter la Communauté de Communes de la Haute Vallée de Chevreuse (CCHVC) pour rejoindre la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-En-Yvelines (CASQY) jusqu’au tract diffusé en décembre 2013 par le président Pelletier. C’est bien dommage et les détracteurs de cette orientation ont eu bien raison de déplorer un manque d’information et de consultation. En revanche, on ne peut que déplorer en retour les moyens et les arguments déployés depuis l’été dernier pour mobiliser (en vain) les foules contre cet objectif.

En gros, les anti-CASQY prétendent que ça va coûter très cher et que nous allons perdre notre âme et le caractère rural de nos communes. A noter que ce « mouvement » rassemble des personnes d’horizons très divers, dont certaines sont très respectables, mais il est très maladroitement mené par des personnages (et une liste) bien peu scrupuleux et qui mélangent des approximations et contre-vérités sur la fiscalité ou la dette pour perdent finalement toute leur crédibilité à réclamer une consultation en achetant des « j’aime » pour une page Facebook de soutien.

procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

Leur lettre ouverte à Claude Génot publiée sur le site « chevreuse2014.com » à l’été 2014 reprenait le thème de la représentativité et de la légitimité de la municipalité pour engager la ville dans ce projet et depuis plusieurs nouveaux tracts ont été distribués. Dans ce contexte, je vous livre quelques éléments de réflexion et pourquoi la CASQY est à mon sens l’unique et le plus évident des choix pour l’avenir de Chevreuse.

 

Histoire locale de l’interco

Il y a près de 45 ans, en 1968, notre commune s’est engagée dans l’intercommunalité avec le SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) et nous pouvons tous les jours admirer ou profiter de ses réalisations comme le collègue Pierre de Coubertin (1994), la salle de sport (1993) ou la piscine Alex Jany (1974 & 2008) car avant tout l’intercommunalité c’est ça : des moyens et des ressources pour réaliser des choses plus grandes et plus importantes !

La France a un véritable problème de découpage administratif. Partout en Europe, la tendance est à la réduction des niveaux administratifs et en particulier sur le nombre de communes. Partout… sauf en France ! De 1950 à aujourd’hui la Suède passe de 2 300 à 290 (87% de baisse !) et l’Allemagne de 30 000 communes à 12 000, tandis que de notre côté du Rhin, la réduction nous fait laborieusement passer de 38 800 à 36 700 communes… Tout le monde sait ce qu’il faudrait faire ; fusionner les communes et supprimer les départements mais en réalité, tout ce que nous avons réussi à faire c’est de rajouter cette couche de l’interco… malgré tout l’objectif d’une meilleure maîtrise de dépenses publiques demeure, à la manière d’un doux rêve.

Car l’intercommunalité c’est également ça : des économies d’échelle et une meilleure efficacité des politiques publiques dans la mutualisation de moyens et la coordination des projets. Plus concrètement, une intercommunalité permet de demander et d’obtenir des subventions ou des financements qu’une petite commune n’obtiendrait pas toute seule.

Non, rejoindre la CASQY ce n’est pas l’explosion des impôts locaux et ce n’est pas non plus un partage de la dette de la ville nouvelle tout simplement parce que ça ne fonctionne pas ainsi et qu’une intercommunalité intelligente c’est des économies et des gains de productivité !

 

CCHVC, les autres villes et Saint-Rémy-lès-Chevreuse

Toutes les communes de la CCHVC ne partagent pas la même vision ou le même projet ; si Chevreuse et Saint-Lambert avaient engagé une démarche auprès du préfet (ça a changé depuis…) la plupart s’interrogent et la vraie grande question concerne Saint-Rémy-lès-Chevreuse, dans une dynamique nouvelle, impulsée par une nouvelle majorité et de nouveaux espoirs, la voisine ne sait pas où regarder ; à l’est le plateau de Saclay est en pleine mutation mais c’est bien à l’ouest et au nord que les quartiers (Rhodon et Beauplan) s’imbriquent et que chevrotins, saint-rémois et magnycois échangent, partagent et peuvent se serrer la main en traversant la rue. De par son nom et son histoire, Saint-procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruRémy-lès-Chevreuse, est intrinsèquement liée à Chevreuse et à Magny-les-Hameaux ; elle est également dans le département des Yvelines, dans le Parc Naturel, dans le SIVOM ou dans la Communauté de communes actuellement contestée (Mme Becker a même été candidate pour être présidente de la CCHVC)…

 

Chevreuse et Saint-Rémy-lès-Chevreuse doivent rester unis et ça serait particulièrement absurde et dommage de ne pas partager un même projet d’intercommunalité. En revanche, l’avenir de communes excentrées comme Levis-Saint-Nom ou d’un ilot de millionnaires enclavé comme Milon apparaît plus secondaire dans notre projet. Sans parler de nombre de communes qui se trouvent à l’autre bout du Parc et dont on ne connaît même pas le nom… Car le Parc a été profondément remanié et son centre de gravité s’est fortement déplacé vers l’ouest et c’est très bien pour toutes les communes qui l’ont rejoint sauf que, aujourd’hui, le Parc ce n’est plus du tout la Vallée de Chevreuse (qui géographiquement suit plutôt le RER B), c’est la forêt de Rambouilletprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

Oui, vivre à Chevreuse c’est une chance extraordinaire, cet écrin de verdure et ces montagnes louées par Racine, son ciel relativement préservé (le diable ici s’appelle Toussus) où l’on regarde passer au loin les avions qui vont sur Orly, ses forêts, ses rivières, son calme et tout ça à quelques encablures de Paris la folle, l’excitée, la surmenée…

Mais vivre à Chevreuse ce n’est pas seulement contempler un paysage depuis une chambre en maison de retraite ou depuis la terrasse de sa maison secondaire. La population est jeune, active, les chevrotins aspirent à autre chose qu’à venir ronfler dans les odeurs de bouleaux et de chênes, de vaches et de chèvres. Les chevrotins ce sont des parents qui se préoccupent des infrastructures et des projets pédagogiques, culturels ou sportifs. Les chevrotins ce sont des actifs qui se déplacent, vers Paris, vers Versailles, vers la ville nouvelle avec des attentes et des exigences en termes de transports, d’emploi, de commerces, de services… Qui peut croire que ça va venir de Milon-la-Chapelle, village de 300 ha dont le Maire s’est plus illustré avec ses routes barrées et ses chicanes…

Non, il ne s’agit pas de choisir entre une urbanisation forcée en faisant partie du Grand Paris et une ruralité préservée par le concept de la communauté de communes.

 procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sru

 

Non, rejoindre la CASQY ce n’est pas la disparition ou le retrait du Parc Naturel, ce n’est pas non plus le bétonnage intensif des champs et des forêts. La ville médiévale n’a d’ailleurs pas eu besoin de la ville nouvelle pour créer ses lotissements comme les « Hauts » ou le « Val » dans les années 70.

Après il ne faut pas non plus sanctuariser le petit jardin des nantis de la vallée ; on peut taper sur Magny les Hameaux et ses constructions mais en attendant c’est bien grâce aux HLM du plateau que se logent les classes populaires dans la région et les objectifs de la loi SRU (25% en 2025) sont toujours très loin pour des communes comme Chevreuse, Saint-Rémy (10%) ou le Mesnil-Saint-Denis (plutôt vers les 5%) …

 

Alternatives et géographie

Certains disent qu’il est urgent d’attendre, se demandent si Chevreuse ne serait pas mieux dans la CAPS ou dans une autre communauté de communes comme Rambouillet Territoires.

procasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruLa principale différence entre les deux formes française d’intercommunalité repose sur la notion de « commune centre » mais c’est un choix après tout de partager son tracteur ou ses médiathèques… Pour ma part, je trouve que le centre de Saint Quentin, son théâtre, son multiplexe, ses centres commerciaux ou sa base de loisir donne du sens et une cohérence à un territoire mais je conçois tout à fait que certains chevrotins « regardent » ou « vivent » vers d’autres directions ; pourquoi aller au SQY Ouest plutôt qu’à Ulis 2 ou au centre commercial du Belair à Rambouillet ??? De même, il fut un temps où les lycéens de la vallée allaient sur Montigny-le-Bretonneux ; c’est mon cas et c’est également la raison pour laquelle j’ai conservé des amis et des liens sur la ville nouvelle. D’autres sont allés au lycée de Courcelles et/ou prennent le RER B en direction de Orsay, de Palaiseau (deux villes de la CAPS) et de Paris… Tout ceci pour dire qu’il y a un ressenti et une perception subjective de l’organisation d’un territoire et des centres d’attractivité. Chevreuse est aussi loin du centre d’Orsay que de Montigny après tout (12 km environ) mais au-delà de la géographie ou de la topologie c’est l’histoire, les axes de communication et tout ce qui a pu contribuer à créer du lien depuis de très longues années qui sculptent un territoire et l’identité qui va avec.

A noter que depuis 2010, le nombre de communautés d’agglomération en France est passé de 181 à 222 quand le nombre de communauté de communes baisse fortement de 2 409 à 1 903… Sérieusement, dans un monde où les réglementations et la complexité administratives demandent des profils archi-spécialisés, quelles compétences pointues est-ce qu’on peut espérer trouver à la mairie de Bullion ou aux services techniques de Milon la Chapelle ?

En résumé, ma position personnelle ne consiste pas à défendre la CASQY contre la CCHVC mais le concept et le principe même de la communauté d’agglomération par rapport aux communautés de communes. Le principe d’un centre urbain avec des communes périphériques et qui peuvent bien évidemment garder leur identité, voir leur ruralité, contre un agglomérat de villages qui n’apporte rien.

Les événements de 2015 c’est la montée en force de diverses institutions et commissions sous la houlette du préfet de région ; des conseillers au sein d’une CRCI qui ont voté un SRCI conforme à la loi MAPTAM en élargissant la CASQY et en regroupant de nombreuses intercos mais en laissant de côté notre CCHVC. Un redécoupage conçu dans quelques bureaux et bien loin de la concertation et des citoyens. A l’insupportable millefeuille administratif et réglementaire on ajoute des procédures de décisions déconnectées et même méprisantes (voir le référendum de Coignières…).

Ignorée par les communautés d’agglomération qu’elles convoitaient, nos petites communes se retrouvent un peu livrées à elle-même, déchirée et écartelée entre les visions ou les ambitions, le Poisson partisan de Rambouillet qui ne veut rien lâcher, des villages qui souhaitent affirmer leur rprocasqynation,casqy,caps,rambouillet,pnr,andré,andré s,hery,becker,poisson,genot,pelletier,sayous,empinet,cattaneo,cchvc,alur,sruuralité et s’émanciper des contraintes SRU en rejoignant une CCHVC vide, des écologistes conservateurs qui ne veulent surtout pas entendre parler de constructions (logement social ou pas), un Parc Naturel inquiet de ses prérogatives et de ses pouvoirs et qui a visiblement le plus grand mal du monde à contenir les projets immobiliers et l’urbanisation d’une commune comme Magny les Hameaux, un petit maire/président qui affirme et revendique le côté dortoir et résidentiel de sa communauté et ses proverbes mérovingiens… A l’applaudimètre c’est sans doute Dominique qui emporte la soirée avec ses bons mots sur le Parc à sauvegarder, face à une salle acquise et malgré une vision délirante d’une intercommunalité de 51 communes sur le périmètre du PNR… Mesdames Héry et Becker vont devoir sacrément bien réviser pour pouvoir enfin répondre clairement à la simple question «  quels sont les avantages à rejoindre la CASQY ? »… Et sinon tout va continuer comme avant, les tracts de Sayous / Empinet, quelques encadrés dans le Médiéval, des citoyens qui vont râler et réclamer un référendum, des associations de sauvegarde de leur environnement et de leur privilèges, des élus de droite qui vont râler contre SRU / ALUR, des préfets qui vont demander plus de logements sociaux et des citoyens juste désabusés et dégoutés.

Allez, on verra demain !

 

.                                             André S.

 

11/12/2014

Vente SNL

 

snl,vente,logement,social,chevreuse,sru

 

18/03/2014

Quand le bâtiment va....

Quand le bâtiment va (ce qui n’est pas évident),

comment va le logement social ?

 

 - Chef, Chef, vous êtes à l’avant-garde à Chevreuse !

- A l’avant-garde de quoi ?

- Vous avez vu le panneau du superbe immeuble tout moderne qui va être construit en face de la caserne des pompiers ? C’est le nom du programme, l’Avant-Garde.

- J’avais pas fait attention. Maintenant que tu me le dis, c’est peut-être l’immeuble-témoin de la prochaine décennie immobilière à Chevreuse.

- Ca a l’air super-chouette. C’est joli, paysager, moderne, il paraît que le promoteur a même mis des logements sociaux dedans, c’est sympa pour les 80 chevrotins qui sont dans la liste d’attente d’un appartement bien douillet.logement,social,sociaux,opievoy,sru,duflot,lebrun,claude,cattanéo

- Là t’as mal fait ton boulot de documentation mon garçon. D’abord ce ne sont pas 80 chevrotins mais 80 dossiers de Chevrotins si on prend les seuls chiffres dont nous disposons c’est à dire donnés par la liste de gauche. Au bas mot 160 adultes et enfants. Ensuite ce n’est pas tout à fait comme cela que ça se passe avec la loi SRU.

La loi SRU ?

- Tu ne connais pas la loi SRU ? Je t’explique. Dans les années 1950 et 1960, pour loger rapidement les millions de personnes qui convergeaient des campagnes vers les villes, ce qu’on appelait l’exode rural et le baby-boom, l’Etat a construit massivement des grands ensembles d’immeubles autour des villes. Tout le monde y logeait, classes ouvrières et moyennes confondues. C’étaient les 30 Glorieuses, du travail pour tous, la fête, le soulagement après la guerre et la décolonisation. C’est aussi à cette époque qu’on a construit le RER, qui était un exemple à l’époque. Ca a bien changé d’ailleurs.

Et puis tout s’est gâté dans les années 1970. Crise pétrolière, chômage, les différences sociales sont apparues dans toutes les strates de la société, une partie des Français est devenue propriétaire de son pavillon, c’était une volonté de Giscard, seuls les pauvres sont restés dans les grands ensembles qui se sont dégradés faute d’entretien. Par là-dessus en 1980 a commencé une immigration non plus de travail mais de nécessité économique et sociale, je te passe le reste mais en 2000 la France était ghettoïsée, non pas seulement entre villes riches et villes pauvres, mais entre quartiers, avec en plus un aspect communautaire : ici les musulmans, ici les blancs, ici les noirs, etc. Quelques régions, villes et départements échappaient encore à l’océan de problèmes annoncés, mais leur tranquillité attirait les plus favorisés, ce qui amplifiait le phénomène et créait une mécanique infernale. D’où l’idée de la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) dont la mesure phare était de mettre de la « mixité sociale » partout. C’est certes devenu la tarte à la crème de la gauche, mais c’était intelligent pour remettre un peu d’équilibre dans la société française et surtout offrir une place à chacun : des millions de personnes sont mal logées, dans des bâtiments insalubres, des personnes âgées sont coincées dans des immeubles contrôlés par les trafiquants, les jeunes ne trouvent pas de logement, enfin, tu lis les journaux je ne te fais pas le détail.

- Mais, pratiquement, c’est quoi cette loi SRU ?

- C’est là que ça s’est gâté. Les élus et fonctionnaires qui ont pondu le texte de 2000 auraient pu déléguer aux régions et départements la rédaction de textes adaptés aux spécificités locales, qui auraient été mieux discutés et acceptés par les populations. Au lieu de cela, ils ont fixé un seuil unique à toute la France :quelque soit le profil urbain ou rural, chaque ville doit parvenir à 20% de logements sociaux. Inutile de te dire que ça a coincé rapidement. D’autant que la ministre écologiste Duflot en a rajouté une couche en 2012 dans le style « ah mes gaillards vous n’avez pas fait 20% ? Punition : vous m’en ferez 25% ». Succès assuré.

- C’est pour cela que les maires de la vallée, dont Claude Génot, ont fait une lettre ouverte à Cécile Duflot ?

- Oui parce qu’on est dans un Parc Régional où il faut préserver les espaces naturels et qui est surtout composé non pas de villes mais de petits villages qui entendent pour la plupart le rester. Et donc c’est plus difficile , surtout que Chevreuse est loin des 20%, pour ne pas parler des 25%. On a beaucoup de retard. Et si on ne le comble pas, Chevreuse devra payer des amendes annuelles et, pire, le maire peut perdre son droit de préemption au profit du Préfet.

- Chevreuse est à combien du taux de SRU ?

Bonne question : le brouet que nous sert Vandewalle, le président du Parc régional et à ce titre coordonnateur de la fronde des maires, est illisible pour 95% de la population. A croire qu’il le fait exprès. Tu peux le télécharger d’ailleurs, c’est public. Mais si tu as lu le programme de la gauche chevrotine (ce sont les seuls à en parler tu as remarqué), c’est plus compréhensible de parler en termes d’appartements, et donc d’immeubles à construire. Ton immeuble d’avant-garde comprend 35 appartements, mais le promoteur a été obligé pour avoir son permis de construire d’en consacrer 11 au logement social. Je vais faire simple et sans pondérer, en partant de ce cas qui peut servir d’exemple. Il y a 35 appartements. Pour respecter les 25% de la loi SRU, on va dire que 9 appartements sociaux ne font que compenser les 24 appartements privés nouvellement construits et vendus au prix du marché. Donc seuls 2 appartements vont venir compenser le retard. Si le chiffre avancé par la liste de Didier Lebrun de 242 logements sociaux nécessaires pour respecter la loi est exact, il faudrait construire 121 immeubles équivalents à l’Avant-Garde pour être dans les clous. C’est évidemment impossible. Alors après, le chiffre de 242 ce sont les demandes. Ce qu’il faudrait c’est savoir combien de logements sont nécessaires pour respecter la loi. Probablement moins.

- C’est pour cela que Claudine Montani, la colistière de Lebrun, quand elle parle de la stratégie Génot, elle dit « on va arriver à une ville de 9000 habitants avec cette politique » ?

- Exact.

- Mais Claude, le maire de Chevreuse, il construit aussi des vrais immeubles 100% sociaux quand même.

logement,social,sociaux,opievoy,sru,duflot,lebrun,claude,cattanéo- Eh oui, c’est qu’il est filou notre maire Claude. Ou plutôt, ici, il se comporte comme un coucou qui profite des autres. Car les logements sociaux de la rue Fabre-d’Eglantine, il n’y est pour rien : le terrain de l’ancienne gendarmerie appartenait au Conseil général, qui l’a vendu à l’OPIEVOY, un bailleur social, une forme d’office HLM new look, qui a construit l’immeuble. Claude, il n’a fait que signer le permis de construire.

- Et souhaiter la bienvenue aux nouveaux habitants dans le Médiéval à 10 jours du premier tour des élections sans débourser un mètre carré de terrain ni un centime, il est trop fort !

- Oh, tu ne sais pas tout. Les petits logements sociaux de la rue de Versailles, c’est la même chose en plus fin encore. Au départ, c’est une association, la SNL, Solidarité Nouvelle pour le Logement, qui a initié le projet.

- Je sais, Chef, vous avez fait un article dans le Blog, le 21 décembre dernier, lors de l’inauguration, tout le gratin du village était là.

- Si tu l’as lu tu sais que c’est une opération vraiment collective, avec des donateurs publics, privés, des entreprises, des artistes, des citoyens…

- Oui mais le maire Claude a quand même donné 50 000 euros…

- C’est là qu’il est fin : encore une fois le contribuable chevrotin n’a rien déboursé. D’où crois-tu qu’ils viennent ces 50 000 euros ? C’est l’amende qu’aurait dû payer Chevreuse pour ne pas respecter la loi SRU. En les offrant généreusement à la SNL on est passé à travers les gouttes.

- Ben, Chef, c’est de la bonne gestion alors ?

- C’est ce que dit l’équipe sortante dans son bilan. Et c’est exact. Le problème, c’est que des terrains gratuits y’en a plus beaucoup, plus du tout même, et qu’il va bien falloir acheter, préempter, et construire. Le Claude, sur ce coup-là, il a épuisé toutes ses cartouches lors de ce mandat, mais que va-t-il faire désormais ? Tu as remarqué qu’il est muet sur ce point-là dans son 12 pages programmatique…

- Didier Lebrun, le socialiste qui mène la liste de gauche, dit que la mairie ne doit s’occuper que des terrains, et confier la construction à des bailleurs sociaux.

-  A ce sujet j’ai lu un truc ce matin dans leforumdechevreuse.net. Vas-y voir. Mais Lebrun ne lit pas la prose des Canotiers alors : Sébastien clame tous les matins « y’a pas de foncier, y’a pas de foncier, y’a pas de foncier ».

- Mais si il y a du foncier disponible Chef. Regardez par vous-même : les Ateliers Saint-Eloi, le terrain des Cordiers, les garages derrière l’immeuble récemment construit face à l’école Jean Moulin, et puis il paraît qu’on pourrait construire des petites maisons derrière l’ancienne clinique, vous savez la résidence hôtelière (là ça appartient à la mairie non ?). Sans oublier Saint-Lubin. L’immeuble dégradé en bas du groupe scolaire, en le rasant et le reconstruisant on gagne des logements non ?

- Si on additionne tout çà, oui, une mairie volontaire pourrait construire au minimum 60 à 80 logements 100% sociaux en un seul mandat. Sans panacher avec les promoteurs privés et sans détruire le paysage. Mais à part la liste de gauche très en pointe sur ce dossier, je ne vois pas qui va proposer cela aux Chevrotins.

- Ah, ça, Chef, c’est vrai qu’il ne faut pas compter sur Cattanéo. Quand je l’ai interviewé, il a été clair : « Nous ne respecterons pas la loi SRU. Pas par volonté, mais par impossibilité. D’abord, les objectifs imposés par la SRU sont incompatibles avec la charte du Parc Naturel… »

- Oui enfin le Parc c’est la bande de zozos qui hurle dès que l’on pose le moindre Velux et qui a autorisé les toits terrasses tant sur l’immeuble social rue Leclerc qu’à ton fameux immeuble d’ « Avant-Garde ».  Tout ça visible du Château. Bravo les artistes. Et puis une loi c’est supérieur à une charte.

- Certes Chef, mais ensuite Cattanéo il dit qu’il n’y a pas de foncier. C’est son deuxième argument.

- Tu me l’as toi-même démonté cet argument. Qu’a-t-il encore sorti de sa hotte le magicien Sébastien ?

- Il a une idée : racheter et rénover des petits habitats du centre et mettre des logements sociaux dedans par tous petits groupes. Comme ça, c’est lui qui le dit, on ne met pas le feu au quartier.  C’est aussi son quatrième argument : si on construit des immeubles sociaux en périphérie du village, le préfet va y loger des familles nécessiteuses de Trappes et Maurepas par exemple, villes qui sont déjà au-delà du taux SRU. Les Chevrotins en liste d’attente auront des miettes, et puis on va avoir des problèmes sociaux que, je cite, « Chevreuse ne sait pas gérer »…Euh Chef, Chef… qu’est ce qui vous arrive…Arrêter de tousser Chef, respirez…

- Il t’a dit ça ???

- Ben oui, c’est mal ?

- T’as enregistré j’espère ?

- Ben non. J’ai pris des notes, devant lui. Comme avec Didier Lebrun. Vous savez ils sont étranges les lecteurs. Ils imaginent qu’on espionne, au Blog, qu’on vole les infos. Mais non on pose ouvertement des questions (c’est sympa quand on nous répond) , on se documente, et on essaye qu’il n’y ait ni inexactitude ni omission.

- C’est bien mon garçon. Mais maintenant je comprends mieux la stratégie de Claude. Il fait tout bas ce que beaucoup de chevrotins pensent tout bas, avec doigté, et surtout sans exciter le Préfet. T’as quoi comme sujet demain ?

- Le parc des sports et la maison des associations. C’est chaud. Mais, Chef, pour le logement, vous pensez quoi vous ?

- Avec ce que l’on vient de dire, là, moi je ne pense rien.  On verra dimanche soir ce que pensent les lecteurs en fonction de leur vote. Au moins on les a informés des problématiques. Après, ce sont eux qui choisissent. Là est la réponse mon garçon.

 

.                    Yves,  pour Le Blog de Chevreuse

06/12/2009

SNL: 5 logements d'insertion à Saint Rémy

Note du Blog de Chevreuse (Le 6 décembre 2009, jour de la Saint Nicolas): Ha, le joli mois de décembre, le mois des cadeaux, du foie gras, de la fête et de la générosité. L'an passé à cette même époque, nous vous avions proposé de soutenir l'initiative des bénévoles de SNL "Vallée de Chevreuse", et leur projet de création de logements sociaux à Saint Rémy. Où en est le projet? Voilà les dernières nouvelles! Si vous avez envie de participer, envie de vous impliquer dans l'association, envie de les rejoindre pour finaliser l'opération, toutes les compétences sont les bienvenues. Les coordonnées du groupe local et le formulaire d'adhésion 2009 sont dans le communiqué de Solidarités Nouvelles Logement. Bonne lecture.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Logo SNL.JPG

Création en 2010 de 5 logements accompagnée à Saint Rémy les chevreuse

L’association Solidarités Nouvelles pour le Logement (SNL) réunit des bénévoles afin de créer des logements au cœur des villes pour y loger des personnes seules ou des familles en situation précaire, exclues par manque de ressources du logement social dans le parc HLM. SNL achète des logements et les loue à ces personnes le temps de leur permettre de se réinsérer dans le circuit locatif normal.
Les personnes logées sont accompagnées par deux bénévoles et un travailleur social de SNL Yvelines.

Le groupe local "Vallée de Chevreuse" de SNL Yvelines s'est constitué en 2007. Il regroupe une quinzaine de bénévoles. Leur rôle est d'accompagner les locataires, de tisser des liens et de partager des moments de convivialité avec eux, de les soutenir dans leur projet de relogement durable, en bref, d'inventer des solidarités nouvelles. Le groupe local doit aussi récolter des dons pour financer une partie de l'achat de logement.

Etat d'avancement du projetSNL le projet Saint Rémois.JPG
Nous avons acheté en 2009 une maison à réhabiliter, rue Ditte à Saint Rémy. Le budget total est de 760000 €. Voir le détail

Nous abordons aujourd'hui la phase "active" du projet. Les travaux vont démarrer et nous les suivrons de près.

Nous participons à des cycles de formation afin d'être prêts à assurer notre rôle d'accompagnateurs auprès des locataires.

Nous continuons à collecter des dons afin d'atteindre l'objectif des 90480 € de fonds propres à apporter localement pour financer ces logements. Notre première campagne a été encourageante... mais il nous reste encore 51000 € à trouver.

Nous comptons sur vous pour apporter votre pierre à ce projet(1)
Vous serez informés de l'avancée du projet au travers de 'La Passerelle', le bulletin trimestriel de SNL Yvelines que nous envoyons  à tous les donateurs.

Contact et Information : Olivier MARTI (01 30 47 16 34) ou Patrice BONY (06 20 42 79 37).
Ou par courriel: snl.vdc@gmail.com

.                             SNL Yvelines - Groupe Local "Vallée de Chevreuse"

(1) Téléchargez le bulletin de soutien à SNL Tout don est utile, qu'il soit exceptionnel ou régulier. Les dons donnent lieu à une réduction d'impôt de 75% du montant du don, puisque SNL Yvelines œuvre pour les plus démunis. Au-delà de 510 € la réduction est de 66%. Pour bénéficier de la réduction d'impôt pour l'année 2009, votre chèque doit être libellé au 31 décembre 2009 au plus tard, et nous arriver avant fin janvier.

16/12/2008

Logements sociaux: l'initiative de SNL - Vallée de Chevreuse

Logo SNL.JPGVous avez aimé le Téléthon, vous avez l'habitude d'aider en fin d'année les associations qui s'occupent des moins favorisés...... vous allez aimer l'initiative de SNL. Une intéressante initiative citoyenne qui a décidé d'apporter sa contribution à la création de logements sociaux en Vallée de Chevreuse. Vivement le prochain projet sur Chevreuse.....

 

En attendant, avec SNL, participez à la création de 5 logements d'insertion à St-Rémy

Qui est SNL ?
L’association Solidarités Nouvelles pour le Logement (SNL) réunit des bénévoles pour créer des logements au cœur des villes afin de loger et d'accompagner des personnes seules ou des familles en situation précaire, tisser des liens avec elles, partager des moments de convivialité, les soutenir dans leur projet de relogement et inventer des solidarités nouvelles. SNL se propose de donner l'accès au logement à ceux qui en sont exclus parce qu'ils n'ont pas les ressources qui leur permettent de prétendre au logement social dans le parc HLM.
Les personnes logées sont accompagnées par deux bénévoles et un travailleur social de SNL. Le bail proposé est temporaire. Conclu pour un an, il est renouvelable jusqu’à ce qu’une solution durable soit trouvée. Locataires, bénévoles et salariés de l'association s’engagent à permettre à la personne accueillie de créer son projet, de réunir les conditions favorisant un relogement durable de droit commun.
Le groupe SNL de la Vallée de Chevreuse s'est créé l'année dernière. Il réunit des habitants de Cernay-la-Ville, Chevreuse, Choisel, La Celle-les-Bordes , Dampierre et Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Un projet de logements d'insertion à Saint-Rémy a rapidement vu le jour.

Le projet St-Rémois en détailsSNL le projet Saint Rémois.JPG
SNL a signé la promesse d'achat le 14 novembre pour une maison rue Ditte à Saint-Rémy, adaptée à la réalisation de logements d'insertion : en centre ville, en face du RER, proche des commerces et indépendante. 
Une réhabilitation totale avec une extension permettra de réaliser cinq logements de surfaces diverses.
Le projet est soutenu par la municipalité, qui a voté, le 1er octobre 2008, une subvention de 75 000 €. Les participations de la Commune, du Conseil Régional et de l'Etat représenteront 60 % du budget. Nous aurons une aide de la Fondation Abbé Pierre. Un prêt sera souscrit.
Mais il reste 90 480 € à trouver, sur un budget total de 760 400 €

A ce jour (décembre 2008), le projet n'est pas entièrement figé, ni dans la configuration des logements, ni dans le financement. La réalisation devrait néanmoins être très proche de ce qui est présenté ici.
La photo montre la maison aujourd'hui, vue du jardin.
La surface  actuelle est de 150 m2, partiellement aménagés.
Un agrandissement sera réalisé sur le jardin, pour permettre la création de 5 logements de 27 à 59 m2 : deux studios,  un 2 pièces et deux 3 pièces, avec local poussettes et vélos, pour un total d'environ 212 m2 (mais nous devons voir l'architecte des bâtiments de France, celui du PNR, la DDE, avant de déposer le permis de construire).
Le projet obtiendra le label Patrimoine Habitat du Cerqua ; et un label d'économie d'énergie : soit le Label Qualitel THPE (très haute performance énergétique), soit le label Effinergie BBC.
Le budget
Le logement est destiné aux personnes les plus en difficultés. L'opération bénéficie d'un PLAI (Prêt locatif aidé d’intégration), qui est le niveau le plus élevé de subventions pour le logement social, et permet donc les loyers les plus bas.
Le budget total est d'environ 760 000 €. Le prix d'achat est de 382 000 €, comprenant les frais notariés et des travaux de mise en conformité. Les travaux sont estimés pour l'instant à 330 000 €.
Le financement de l'opération est prévu par :
 des subventions (environ 52%) ;
 des prêts à taux bonifiés qui seront remboursés par les loyers (environ 37%) ;
 et des dons (environ 11%, soit 90 480 €).

Comment aider SNL(1) télécharger le bulletin de soutien à SNL
L'association nationale SNL avancera l'argent nécessaire. Nous la rembourserons sur plusieurs années avec nos dons .
Participez à ce projet en nous aidant à réunir les 90 480 € manquant.
Tout don est utile, qu'il soit exceptionnel ou régulier. Nous vous tiendrons informé de l'avancée du projet au travers de La Passerelle, le bulletin trimestriel de SNL Yvelines que nous envoyons  à tous les donateurs.
Pour obtenir plus d'information, ou pour rejoindre le groupe local, n'hésitez pas à contacter Olivier MARTI (olivier.marti@ensta.org, 01 30 47 16 34) ou Patrice BONY (patricebony@yahoo.fr, 06 20 42 79 37).
Et vous pouvez bien sûr en parler autour de vous.

.                                                                            L.B.D.C.

(1) Les dons à SNL donnent lieu à une réduction d'impôt de 75% du montant du don, puisque SNL œuvre pour les plus démunis. Au-delà de 495 € la réduction est de 66%. Pour bénéficier de la réduction d'impôt pour l'année 2008, votre chèque doit être libellé au 31 décembre 2008 au plus tard.